"Pas de négociations si Washington maintient sa politique", dit Pyongyang

Corée du Nord et des États-Unis

Nucléaire: la Corée du Nord accuse les Etats-Unis d'avoir fait échouer les consultations de Stockholm

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a lui aussi envoyé un message à M. Xi, dans lequel il déclare que "l'amitié invincible " entre les deux pays "sera immortelle sur la voie de l'accomplissement de la cause du socialisme ", a indiqué dimanche l'agence officielle nord-coréenne, KCNA.

"La Corée du Nord a lancé dimanche une nouvelle charge contre Washington, l'accusant de mener une " politique hostile", et a rejeté tout dialogue sur le nucléaire tant que les États-Unis ne changeraient pas d'" attitude", au lendemain de discussions sans résultats à Stockholm.

"Les Etats-Unis ont nourri des attentes en faisant des propositions d'approche flexible, de méthodes nouvelles et de solutions créatives".

Le son de cloche était tout autre côté américain, et la porte-parole de la diplomatie américaine, Morgan Ortagus, a parlé de "bonnes discussions". " Nous sommes déçus que les États-Unis n'aient rien mis sur la table des négociations".

Les déclarations nord-coréennes "ne reflètent pas le contenu ni l'esprit de la discussion d'aujourd'hui, qui a duré huit heures et demie", a-t-elle dit dans un communiqué.

À l'inverse, Washington avait estimé que les discussions avaient été "bonnes", se disant prêt à les poursuivre et affirmant avoir accepté une invitation faite par les Suédois à reprendre les négociations dans deux semaines.

Les sessions de travail se sont tenues dans une propriété située sur une île de la capitale suédoise dont l'accès était gardé par des policiers, à quelques centaines de mètres de l'ambassade nord-coréenne. Mais 24h plus tard, les Etats Unis déchantaient: Pyongyang venait d'effectuer un nouveau tir de missile balistique.

Le Pentagone a estimé que ce "missile balistique de courte à moyenne portée" avait plutôt été tiré depuis une plate-forme marine.

Donald Trump a fait de la reprise des négociations sur le nucléaire avec Pyongyang un axe de sa politique étrangère et a rencontré à trois reprises Kim Jong-un.

Malgré le tir de missile nord-coréen, Donald Trump, en quête d'un succès diplomatique alors qu'il est englué dans le scandale lié à une conversation controversée avec le président ukrainien, avait décidé de répondre positivement aux Nord-Coréens.

"Le sort du dialogue entre la Corée du Nord et les États-Unis est entre les mains de Washington et la date butoir est fixée à la fin de l'année", a déclaré dans ce contexte la diplomatie nord-coréenne.

La Corée du Nord a été l'un des premiers pays à reconnaître la République populaire de Chine après sa fondation en 1949.

Dernières nouvelles