Bernadette Chirac : sa fille Claude fait de sa santé une "priorité"

La foule à Sarran pour un dernier hommage à Jacques Chirac en Corrèze en présence de François Hollande

Un dernier hommage est rendu ce samedi à Sarran en Corrèze

Samedi 5 octobre, des portraits de Jacques Chirac jalonnaient la place de Sainte-Féréole, village pittoresque d'où est originaire l'ancien président. Sur place, la fille du président de la République a évoqué la santé de sa mère, Bernadette Chirac.

Après l'hommage national rendu à Jacques Chirac aux Invalides et en l'église Saint-Sulpice à Paris le 30 septembre, la Corrèze a à son tour organisé une cérémonie en mémoire de l'un de ses plus célèbres représentants. Elu plus tard conseiller municipal en 1965 à Sainte-Féréole, Jacques Chirac est devenu deux ans après député de la Corrèze et y sera réélu sans discontinuité jusqu'à son accession à l'Élysée en 1995.

"Je ne peux dire que merci au nom de mon père et de ma maman qui est avec nous depuis Paris", a-t-elle soufflé.

Après cette première étape d'"une journée du souvenir et de l'amitié", plus de 3.000 personnes ont participé, selon le conseil départemental, à une autre hommage, devant le musée Jacques-Chirac de Sarran (Corrèze), qui devait se conclure par un "buffet corrézien". Le petit-fils unique de l'ex-président, Martin Rey-Chirac, l'ancien président socialiste François Hollande et sa compagne Julie Gayet étaient présents.

"Jacques Chirac s'est construit ici", a rappelé Henri Soulier, le maire du village.

La fille du défunt dirigeant Claude Chirac et son époux Frédéric Salat-Baroux sont arrivés à Sainte-Féréole, près de Brive, berceau de la famille Chirac.

La famille Chirac a quant à elle légué des objets chers à Jacques Chirac: son dernier stylo, pour une élève du collège Bernadette-Chirac, sur la commune de Corrèze, qui a eu la meilleure note au brevet; une boîte contenant un trèfle à quatre feuilles et une montre à double cadran pour deux pensionnaires de la fondation Jacques Chirac. La Peugeot 205 rouge de Bernadette Chirac deviendra, elle, une pièce du musée chiraquien de Sarran.

"Cette maison, on ne la vendra jamais, on est toujours de quelque part et pour Claude, ce quelque part, c'est là", a assuré Frédéric Salat-Baroux. " Aucune invitation ne sera envoyée ", précise Pascal Coste, le président du conseil départemental de la Corrèze.

Dernières nouvelles