Donald Trump pourrait devoir dévoiler ses déclarations d'impôts

Donald Trump devra donner accès à ses déclarations de revenus

Wikimedia

Nouveau revers pour Donald Trump, déjà empêtré dans une procédure de destitution.

Dans sa décision très argumentée, longue de 75 pages, le juge fédéral Victor Marrero estime que cette immunité "ne saurait protéger le président de toute procédure judiciaire " ni le "placer au-dessus des lois ".

Une cour d'appel a ensuite bloqué tout dévoilement des dossiers pour le moment.

Les avocats du président ont immédiatement contesté cette décision devant la cour d'appel du 2e circuit américain, qui accorda un sursis temporaire à la décision du juge "en attendant un examen accéléré" par le tribunal.

En cause, une requête du procureur du district de Manhattan, Cyrus R. Vance Jr., demandant au cabinet comptable de M. Trump de remettre ses déclarations professionnelles et personnelles de revenus sur une période de huit ans aux fins d'une enquête sur l'achat du silence de deux femmes qui prétendent avoir eu des aventures avec le président. Le procureur Cyrus Vance, un démocrate, souhaitait obtenir ses déclarations de revenus, traités par le cabinet Mazars, depuis longtemps.

M. Vance, un Démocrate, a également mis en demeure la Trump Organization de publier un certain nombre de documents liées au paiement d'une somme d'argent destinée à acheter le silence de l'actrice pornographique Stormy Daniels, qui affirme avoir eu une liaison avec M. Trump. "Une chose comme ça n'est jamais arrivée à aucun président (américain) auparavant", a-t-il ajouté. La doctrine du ministère de la Justice, formalisée dans un mémorandum daté de 2000, veut qu'un président des États-Unis en exercice ne puisse pas être poursuivi pénalement, car cela " saperait, contre l'esprit de la Constitution, la capacité de l'exécutif à assurer ses fonctions telles que définies par la Constitution ".

C'est le cas du versement de 130'000 dollars effectué à Stormy Daniels en 2016 par l'ancien avocat de Donald Trump, Michael Cohen, au nom du candidat républicain, selon lui, pour acheter le silence de l'actrice pornographique. Face à ce refus, la commission parlementaire dite des voies et moyens (Ways and Means) a formellement demandé à l'administration fiscale de produire ces documents.

Dernières nouvelles