Peut-on encore sauver le soldat EPR — Nucléaire

L'EPR ne démarrera pas avant 2023

L’EPR ne démarrera pas avant 2023

Ce mercredi 9 octobre, EDF a annoncé un nouveau surcoût de 1,5 milliard d'euros supplémentaires pour remettre aux normes les soudures.

L'électricien, qui a opté pour l'utilisation de robots pilotés à distance, se fixe pour objectif que l'ASN valide ce mode d'intervention au plus tard à la fin de l'année 2020, date à laquelle EDF pourra engager les travaux. Ces derniers ont été conçus pour mener des opérations de grande précision à l'intérieur des tuyauteries concernées.

"Dans ce contexte, le Groupe est amené à ajuster le calendrier et l'estimation du coût de construction de l'EPR de Flamanville" ajoute le communiqué, alors que la mise en service de l'EPR avait été une nouvelle fois repoussée l'été dernier, pour un chargement du combustible prévu fin 2022.

Pour rappel, en juin 2019, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait demandé à EDF de reprendre les huit soudures de traversées de l'enceinte de confinement du réacteur, jugées défaillantes.

EDF rencontre aussi des difficultés sur son chantier anglais.

Dernières nouvelles