Un tweet polémique d'un entraîneur de NBA fait réagir Pékin — Hong Kong

Il s'exprime au micro en conférence de presse

La Chine va boycotter les matchs des Rockets de Houston après un tweet controversé du DG de la franchise

La veille, ce dernier avait posté sur son compte une photo affichant le slogan "Fight for freedom, stand with Hong Kong" (Luttons pour la liberté, soyons solidaires de Hong Kong).

C'est une mini-crise géopolitique qui se joue en ce moment entre la NBA et la Chine.

Conséquence directe du tweet, et non des moindres, la télévision publique chinoise a annoncé ce mardi qu'elle allait "suspendre" la diffusion de matchs d'exhibition NBA en Chine, alors que l'Etat chinois a condamné dans le même temps les "propos erronés" du GM des Rockets.

"Lutter pour la liberté". Adam Silver, le patron de la NBA, a assuré lors d'une conférence de presse: "Nous ne nous excusons pas pour le fait que Daryl fasse usage de sa liberté d'expression".

La NBA est sur la défensive après que sa première réaction a été vivement critiquée par tout le spectre du paysage politique américain lui reprochant de plier face à Pékin.

Lundi pourtant, les responsables de la NBA avaient pris leurs distances avec le tweet de Daryl Morey. Dans un communiqué, la NBA avait reconnu que le point de vue de M. Morey avait "offensé tant de nos amis et fans en Chine, ce qui est regrettable".

Dans un communiqué, la NBA avait d'abord déclaré être " profondément déçue par les remarques inappropriées " du dirigeant des Rockets.

A propos de l'impact financier que cause cette crise, le patron de la NBA déplorait dès lundi les pertes à l'agence Kyodo: "L'impact économique est déjà clair". "Je tiens à préciser que Daryl Morey est soutenu quant à son droit d'exercer sa liberté d'expression", avait-il cependant indiqué.

Ce tweet a provoqué la fureur de nombreux fans de basket en Chine, accusant M. Morey de s'ingérer dans une question de souveraineté et d'encourager les violences à Hong Kong. "J'ai simplement exprimé une pensée, basée sur une interprétation d'une situation compliquée. J'ai eu beaucoup d'occasions depuis ce tweet d'entendre d'autres points de vue", a-t-il encore ajouté.

Il a aussi insisté sur le fait que ses tweets ne représentaient "en aucun cas" son équipe, très populaire en Chine, ni la NBA. En effet, la franchise texane est très appréciée en Chine depuis qu'elle a repêché en 2002 Yao Ming, le célèbre pivot chinois.

Un mini-séisme commercial qui a poussé la NBA à jouer rapidement la carte de l'apaisement. "Il est inconcevable d'avoir des échanges et des coopérations avec des Chinois sans connaître ni comprendre l'opinion publique chinoise", a-t-il lancé.

Le match d'exhibition prévu jeudi entre les Brooklyn Nets et les Los Angeles Lakers est maintenu à ce stade. L'un à Shanghai et l'autre à Shenzhen.

La NBA a récemment reconduit pour cinq ans, et jusqu'en 2025, un accord de diffusion avec le géant chinois Tencent, de 1,5 milliard $ au total, selon le Wall Street Journal.

Dernières nouvelles