500 supportrices de l'Iran attendues pour le match face au Cambodge

Foot 3.500 Iraniennes attendues au stade de Téhéran pour Iran-Cambodge une première

Foot : 3 500 Iraniennes sont attendues au stade à Téhéran pour Iran-Cambodge, une première

Et qui a conduit à une décision historique: pour la première fois depuis près de quarante ans, 3500 Iraniennes ont été autorisées à acheter des billets pour le match Iran-Cambodge de ce jeudi, comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2022, et donc à y assister. La 'Tim-é melli' a été soutenue notamment par plus de 3.500 femmes lors de la rencontre, une première depuis plus de trente ans dans ce pays.

Les femmes sont bannies des stades en Iran depuis la révolution islamique en 1979, pour être protégées de "l'atmosphère masculine" et de la "vue d'hommes à moitié dévêtus", arguaient les responsables religieux.

Les fois précédentes, les femmes admises au stade avaient été sélectionnées par les autorités.

L'autorisation donnée à des femmes d'assister à la rencontre fait suite à une forte pression de la Fifa sur l'Iran, après l'émotion suscitée par la mort tragique en septembre d'une jeune femme, Sahar Khodayari, qui s'était immolée par le feu après avoir cru, selon la presse locale, qu'elle allait être condamnée à de la prison ferme pour avoir tenté d'entrer dans un stade.

La FIFA avait exigé des autorités iraniennes - sous peine de sanctions contre la fédération - qu'elles autorisent les femmes dans les stades " pour tous les matches " et sans restreindre le nombre de places mises à leur disposition. Après la visite d'une délégation de la Fifa, 3 500 places ont été vendues à des femmes dans le cadre d'une rencontre internationale. Sazandégui, autre quotidien réformateur, affichait sur toute sa une la photo de deux supportrices en liesse avec ce titre: "Les femmes de la Liberté". 4 600 Iraniennes auront le droit de se rendre au Stade Azadi, même si elles seront séparées des hommes. Une campagne est toutefois menée sur les réseaux sociaux afin de réclamer davantage encore de sièges pour les femmes avec le mot-dièse: #WakeUpFifa ("Fifa réveille-toi"). Depuis, les autorisations ont été rares. Les Iraniennes, elles, avaient dû attendre 2005: seules quelques dizaines d'entre-elles avaient alors pu assister à une rencontre Iran-Bahreïn.

En 2001, une vingtaine d'Irlandaises avaient été les premières femmes à assister à un match de football masculin (Iran-Irlande) dans le pays depuis l'interdit post-révolutionnaire. Conservateur modéré, le président Hassan Rohani a dit à plusieurs reprises sa volonté d'y mettre un terme. Sur Twitter, le porte-parole du gouvernement, Ali Rabii, a tenu à assurer que cette décision était le résultat d'une "exigence interne à la société et du soutien du gouvernement à cette exigence", et certainement pas de "la pression étrangère".

Dernières nouvelles