Reprise jeudi des négociations entre la Chine et les Etats-Unis — Commerce

Vendredi Donald Trump a une nouvelle fois donné le ton: il veut un bon accord ou pas d’accord du tout

Vendredi Donald Trump a une nouvelle fois donné le ton: il veut un bon accord ou pas d’accord du tout

Les négociations commerciales entre Américains et Chinois reprennent jeudi à Washington dans le plus grand flou et sous des auspices pour le moins funestes entre une volée de sanctions contre Pékin et le tollé provoqué par la NBA, la ligue de basket-ball nord-américaine.

L'ancien homme d'affaires avait pourtant semé le doute plus tôt sur ses intentions en tweetant: " Ils veulent nouer un accord, mais est-ce que j'en ai envie?

Comme lors des rondes de tractations précédentes, c'est le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, qui dirigeront les discussions avec une délégation chinoise emmenée par le vice-Premier ministre Liu He, a indiqué lundi matin la Maison Blanche dans un communiqué. Convaincu de cette réalité des faits, il avait lancé l'offensive pour mettre fin à des pratiques commerciales jugées " déloyales ", dont le transfert forcé de technologies américaines et les subventions massives aux entreprises d'Etat chinoises.

Mercredi, Liu He a rencontré la nouvelle directrice générale du FMI Kristalina Georgieva.

Les effets de la guerre commerciale sur l'économie américaine sont devenus tangibles, avec un secteur manufacturier en récession et la Banque centrale qui baisse ses taux pour accompagner le ralentissement.

"Sur la base de l'égalité et du respect mutuel, la Chine est disposée à parvenir à un consensus (ou à une "entente") avec les Etats-Unis à travers cette série de consultations (.) afin d'éviter toute escalade et propagation des frictions", a-t-il déclaré selon des propos rapportés par l'agence de presse officielle Xinhua.

Les négociations vont se tenir juste avant l'échéance du 15 octobre: à cette date, une nouvelle hausse de droits de douane portant sur 250 milliards de dollars de biens chinois pourrait entrer en vigueur. Pour le moment, Pékin a accepté quelques concessions, comme l'achat de produits agricoles américains, nourrissant la rumeur d'un accord partiel alors que Donald Trump répète sa préférence pour " un grand accord ".

Ces discussions interviennent alors que la guerre commerciale entre les deux plus grandes puissances économiques au monde s'est intensifiée le mois dernier, avec l'imposition par Washington et Pékin de droits de douane supplémentaires. "Elles constituent également un déni des principes de l'économie de marché", a-t-il de plus commenté. " Les sujets de discussion comprendront le transfert forcé de technologie, les droits de propriété intellectuelle, les services, les barrières non tarifaires, l'agriculture et l'application des lois ", détaille-t-on.

L'annulation de retransmissions télévisées de matches, les critiques sévères du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères et les propos du patron de la NBA défendant la liberté d'expression ont remis de l'huile sur le feu.

Puis c'est Washington qui a, coup sur coup, mis des entreprises sur une liste noire des exportations et annoncé des restrictions de visas pour certains responsables chinois pour punir Pékin de son traitement de la minorité musulmane des Ouïghours.

Cet article est réservé aux abonnés.

Dernières nouvelles