Un prix Nobel de médecine pour l’immunothérapie

Tasuku Honjo et James P. Allison prix nobel médecine 2018

Un prix Nobel de médecine pour l’immunothérapie

L'une des propriétés fondamentales de notre système immunitaire est de distinguer ce qui fait partie de l'organisme et ce qui lui est extérieur, lui permettant de lutter activement et efficacement contre les infections. Récompensés pour leurs travaux sur les molécules CTLA-4 et PD1, les chercheurs James Alisson et Tasuki Honjo rentrent au panthéon de la discipline pour leurs recherches efficaces dans le traitement de cancers virulents.

Le traitement par "inhibiteurs de points de contrôle immunitaire" ou "Immune checkpoint therapy" a révolutionné le traitement du cancer, a déclaré l'Académie suédoise qui décerne le Prix.

Cette percée a permis de mettre au point une nouvelle classe de traitements qui se sont avérés efficaces contre notamment le mélanome, un cancer très agressif de la peau qui laissait jusqu'alors la médecine impuissante, tuant 50 % des malades en moins d'un an après le diagnostic.

Les lauréats du Nobel de médecine 2018, James Allison et Tasuku Honjo, ont révolutionné l'approche pour traiter les tumeurs, en trouvant le moyen d'activer la réponse du système immunitaire.

De son côté, Tasuku Honjo a découvert une protéine, PD1, qui pouvait elle aussi agir comme un frein pour empêcher les lymphocytes T d'agir.

Le Nobel de médecine était allé l'an dernier à trois généticiens américains dont l'étude de l'horloge biologique éclaire l'adaptation du corps au cycle du jour et de la nuit, les troubles du sommeil et leurs effets sur la santé.

Les derniers Français honorés dans cette discipline sont Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier, en 2008, pour avoir identifié en 1983 le virus du sida.

Le prix Nobel de littérature ne sera pas remis cette année en raison d'une affaire d'inconduite sexuelle. Le prix Nobel de physique sera décerné demain, puis sera suivi de la chimie mercredi et l'économie le 8 octobre.

Notons que pour la première fois depuis 1949, l'Académie suédoise a reporté l'annonce du Prix Nobel de littérature à l'année prochaine suite à un scandale sexuel. Jean-Claude Arnault, 72 ans, a été reconnu coupable d'un viol commis à Stockholm en 2011 mais révélé six ans plus tard, en novembre 2017, en pleine tempête #MeToo.

Depuis, les 18 académiciens se déchirent sur la façon de gérer la crise.

Le 5 octobre prochain à Oslo sera dévoilé le lauréat du Nobel de la paix.

Le prix de 9 millions de couronnes suédoises (1,01 million de dollars) a été annoncé lundi.

Dernières nouvelles