Explosion sur un tanker iranien: le prix du pétrole bondit

Un tanker iranien en feu après une explosion près d’un port saoudien une probable attaque les prix du pétrole s’emballent

Un pétrolier iranien probablement frappé par deux missiles

Deux explosions de missiles, espacées de 20 minutes, ont mis le feu à un pétrolier de la National Iranian Oil Company en mer Rouge le vendredi 11 octobre, à 95 km de la ville portuaire saoudienne de Djedda.

Les explosions ont causé une fuite de pétrole en mer Rouge, selon l'agence Isna.

Selon Ipek Ozkardeskaya, analyste chez London Capital Group, l'explosion sur le tanker "ravive les craintes géopolitiques dans la région"."Il est possible de se demander s'il s'agit de possibles représailles à la suite des attaques ayant visé Aramco qui ont été mises sur le compte de l'Iran malgré leur démenti".

Après l'incident de vendredi, le prix du Brent était en hausse de 2,3% à 60,46 dollars, et celui du West Texas Intermediate a augmenté de 2,1 % à 54,69 dollars.

Le lieutenant Pete Pagano, un porte-parole de la 5e flotte de la marine américaine chargée de surveiller le Moyen-Orient, a déclaré que les autorités locales "étaient au courant des informations concernant cet incident", mais ont refusé de commenter davantage.

D'après le site TankerTrackers, qui surveille les mouvements des navires-citernes, le Sabiti transporte un million de barils de pétrole. L'Iran avait démenti toute implication.

Après les attaques de septembre, Washington avait affirmé être "prêt à riposter" et annoncé l'envoi de renforts militaires dans la région.

L'Iran, qui se considère comme le gardien du Golfe, dénonce la présence de forces étrangères dans la région et a menacé à plusieurs reprises de bloquer le détroit stratégique d'Ormuz -point de passage stratégique pour le commerce mondial de pétrole- en cas d'action militaire américaine. Depuis, les États-Unis ont formé une coalition militaire maritime pour protéger la navigation, rejointe par Ryad et Abou Dhabi. Téhéran a répliqué en s'affranchissant progressivement de certains engagements de l'accord.

Dernières nouvelles