L'Autorité indépendante des élections a tranché: Cinq candidats retenus

Les candidats appellent à une forte participation pour l'aboutissement de l'échéance électorale

Présidentielle : Tebboune, Benflis, Mihoubi, Bengrina et Belaïd candidats

Trois des candidats retenus ont travaillé sous l'autorité de l'ancien Président, Abdelaziz Bouteflika, il s'agit d'Ali Benflis, directeur de Cabinet à la Présidence puis Premier ministre, Abdelmaldjid Tebboune, plusieurs fois ministre puis Premier ministre, et Azzedine Mihoubi, ministre.

Cinq candidats seront en lice pour l'élection présidentielle du mois prochain en Algérie, dont deux anciens Premiers ministres, a annoncé samedi le président de l'Autorité de contrôle des élections.

L'article 141 de la loi organique relative au régime électoral stipule que l'Anie est appelée à "statuer sur la validité des candidatures à la présidence de la République par décision dûment motivée dans un délai de sept (7) jours, à compter de la date de dépôt de la déclaration de candidature".

Conformément à cette décision prise par l'instance présidée par Mohamed Charfi, " le conseil constitutionnel est saisi immédiatement ". En cas de recevabilité des recours, le Conseil constitutionnel inscrit le candidat requérant, sur la liste définitive des candidats à l'élection du président de la République. Sous réserve de sa confirmation officielle par l'Autorité nationale indépendante des élections, la liste des cinq (5) qualifiés sera ensuite soumise au Conseil constitutionnel.

Dans le cadre de l'examen des dossiers des postulants à la prochaine présidentielle déposés à son niveau, l'ANIE a procédé à l'installation de dix (10) commissions ad hoc chargées de l'examen de ces dossiers et de la vérification de la véracité des informations fournies.

" En dépit d'une large contestation populaire qui réclame chaque vendredi à ce que l'élection présidentielle prévue pour le 12 décembre en Algérie soit reportée à une date ultérieure, le gouvernement et l'état-major de l'armée persistent à vouloir que ce rendez-vous politique soit organisé dans les temps impartis", écrit l'agence chinoise. Les autres formations n'ont pas présenté de candidat.

Le nombre minimal des signatures exigées pour chacune des wilayas ne saurait être inférieur à 1 200. Ceux dont la candidature a été rejetée pourront faire appel.

Dernières nouvelles