Le mastodonte pétrolier derrière la prospérité de l'Arabie saoudite — Aramco

"MBS APPROUVE LE LANCEMENT DE L'IPO DE SAUDI ARAMCO DIMANCHE

Le régulateur saoudien " Capital Market Authority (CMA) " a approuvé ce dimanche 3 novembre 2019 la demande d'introduction à la Bourse de Ryad de la compagnie Saudi Aramco, entreprise la plus rentable au monde, qui pourrait être la plus importante jamais réalisée dans le monde.

Aramco devrait céder en tout 5% de son capital, dont 2% lors de son baptême boursier sur le Tadawul.

Saudi Aramco pourrait ouvrir 1% à 2% de ses actions en Bourse, permettant de récolter entre 20 et 40 milliards de dollars, occasion idéale pour les nouveaux investisseurs de tirer parti de la capacité du géant pétrolier saoudien à générer de la valeur et à la renforcer à long terme, a indiqué le président de son Conseil d'administration.

Celle-ci constitue la pierre angulaire d'un plan de réformes nommé "Vision 2030", lancé par le prince héritier pour diversifier l'économie du royaume très dépendante du pétrole. Pour la partie (internationale), nous vous le ferons savoir en temps utile.

"En neuf mois, les revenus de la société se sont élevés à 244 milliards de dollars, les bénéfices à 68 milliards de dollars et la liquidité disponible à 59 milliards de dollars", a ajouté le patron d'Aramco.
En 2018, l'homme fort du royaume avait décidé de reporter l'opération parce que la capitalisation calculée par les banquiers, après des rencontres avec de potentiels investisseurs, était en dessous de ce seuil. "Jusqu'ici, ce n'est que sur Tadawul", a-t-il indiqué, sans préciser la date d'introduction.

Aramco, qui produit 10 % du pétrole mondial, a généré un résultat net de 111 milliards de dollars en 2018, plus que toute autre compagnie au monde - plus que les résultats de Apple, Alphabet (maison mère de Google) et Exxon Mobil combinés, précise The New York Times.

La semaine dernière, le bulletin spécialisé Energy Intelligence a cité des sources disant s'attendre à ce que les Saoudiens acceptent une évaluation de 1600 à 1700 milliards de dollars de l'entreprise.

L'introduction en Bourse avait été envisagée depuis 2016 et le prince Mohammed ben Salmane avait réclamé une capitalisation à 2000 milliards de dollars.

En ce qui concerne l'évaluation d'Aramco, les autorités saoudiennes doivent trouver "un compromis entre la préférence déclarée du prince héritier et les réalités du marché", a estimé Kristian Ulrichsen, chercheur à l'Institut Baker de l'Université Rice aux États-Unis. Cette opération financière d'envergure souligne la volonté du prince héritier de transformer en profondeur l'économie de l'Arabie saoudite, ultradépendante au pétrole.

L'Arabie saoudite a redoublé d'efforts pour séduire les investisseurs en promettant des dividendes annuels de 75 milliards de dollars, selon le site internet de l'entreprise.

" Une fonction importante de l'introduction sur la Bourse locale est de projeter de la confiance dans l'entreprise à destination du marché international ", a déclaré à l'AFP Cinzia Bianco, chercheur à l'European Council on Foreign Relations.

C'est pourquoi, selon les analystes, ce sont dans un premier temps les richissimes familles saoudiennes qui devraient participer à cette introduction en bourse.

Dernières nouvelles