A Shanghai, Macron appelle à "jouer européen" face à la Chine

Le président Emmanuel Macron le 30 octobre 2019 à Paris

Le président Emmanuel Macron le 30 octobre 2019 à Paris

Il s'agit, selon Emmanuel Macron, de montrer que, "dans un contexte international de plus en plus bousculé", une "coopération européenne" bien plus poussée est nécessaire pour peser avec efficacité face aux géants chinois et américain.

Devant le président chinois, Xi Jinping, le président français a plaidé pour un accord commercial entre Pékin et Washington " qui préserve les intérêts " des autres pays, à commencer par ceux de l'Union européenne, premier partenaire économique de la Chine.

Sans le nommer, Emmanuel Macron s'en est pris à Donald Trump, ce mardi, à Shanghai. "On attend une quarantaine de contrats", indique l'Élysée, dans des secteurs traditionnels de la relation franco-chinoise (agroalimentaire, tourisme, santé, etc.).

"Hong Kong et le Xinjiang relèvent des affaires intérieures de la Chine, il n'est pas pertinent que ce soit à l'ordre du jour diplomatique", a averti un haut responsable du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhu Jing.

Concernant le projet d'usine de traitement de combustibles usés avec le français Orano (ex-Areva) - en discussion depuis 15 ans -, il fera "partie des discussions mais on ne peut pas dire à ce stade quel degré de finalisation on aura mais il y a des avancées qui sont en train d'être faites et ça s'accélère", a ajouté l'Élysée.

Emmanuel Macron et Xi Jinping sont au diapason à Shanghai, pour cette deuxième journée de visite du président français en Chine, mardi 5 novembre.

Le président chinois cherche à renforcer ses contacts avec les Européens au moment où l'économie de son pays ralentit, un recul aggravé par la guerre commerciale avec les Etats-Unis.

D'une surface de 2100 m2, l'institution culturelle, conçue par l'architecte britannique David Chipperfield, vient enrichir le "corridor artistique" qui s'étend le long de la rivière traversant Shanghai. Il déjeunera ensuite avec des artistes chinois. Tout en avertissant le président français de ne pas se mêler de l'agitation à Hong Kong. Venu avec une cinquantaine de dirigeants d'entreprises et le commissaire européen à l'agriculture, Macron doit assister à un dîner de gala pour l'inauguration de la deuxième Foire aux importations de Shanghai, un rendez-vous annuel instauré par le régime communiste pour convaincre de son intention d'ouvrir son marché. De nouveaux entretiens bilatéraux sont prévus mercredi, pour discuter commerce et climat.

En mars, les deux présidents avaient affirmé à Paris leur détermination à défendre un "multilatéralisme fort" face aux coups de boutoir du président américain Donald Trump.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch a appelé Emmanuel Macron à "tenir ses promesses et appeler à des améliorations majeures en matière de droits humains" ainsi qu'à faire pression sur son homologue "pour la fermeture des camps d'éducation politique" au Xinjiang, où Pékin détiendrait plus d'un million de Ouïghours, une ethnie soupçonnée de tendances islamistes et séparatistes.

Emmanuel Macron, qui était accompagné de patrons des principales entreprises françaises, "s'est exprimé pendant de longues minutes pour vanter les mérites de la Chine", a commenté Antoine Védeilhé, correspondant de France 24 dans le pays.

Dernières nouvelles