Chez Microsoft Japon, on produit plus en travaillant moins

Une tablette Microsoft Surface Pro 3

Une tablette Microsoft Surface Pro 3. Archives AFP

Au Japon, pays connu pour ses heures supplémentaires à rallonge, la filiale de Microsoft a récemment expérimenté une approche inverse: travailler moins.

Cette dernière s'inscrit dans un programme intitulé "Work Life balance challenge", qu'on peut traduire par le défi de l'équilibre vie privée vie professionnelle.

En août dernier, Microsoft Japon a mis en place, pour ses 2.300 employés locaux, une semaine de travail de quatre jours, fermant ses bureaux chaque vendredi, a expliqué la société dans un récent communiqué sur son site. L'opération visait à augmenter la créativité et la productivité des salariés en leur donnant un cadre de travail plus flexible. Durant la durée de l'opération (le mois d'août), la productivité du travail a bondi de 39,9% par rapport à 2018.

Travaillez peu de temps, reposez-vous bien et apprenez beaucoup.

Au final, cette expérience confirme le rapport de l'Organisation internationale du Travail qui expliquait dans un rapport que la diminution des heures de travail se traduisait par une hausse de la productivité.

Une réduction du temps de travail hebdomadaire assortie de quelques autres décisions fortes, telles que la limitation des réunions de travail à 30 minutes et cinq participants maximum, ainsi que l'incitation aux échanges en ligne plutôt que des rendez-vous physiques ou courriels. De plus, cela a eu aussi un effet bénéfique pour l'entreprise en termes d'économie et d'écologie puisque l'entreprise a diminué sa consommation électrique de 23,1% et sa consommation de papier de 58,7%.

Nos confrères de Business insiders rappellent que cette expérience n'est pas la première à produire de tels résultats. Microsoft en a profité pour expérimenter la semaine de quatre jours, avec ou sans perte de salaire.

Dernières nouvelles