Farandou veut "renouer le fil" avec les cheminots — SNCF

Les années Pepy : quelles réformes à la SNCF ? | LCI

Oui Guillaume Pepy, le paiement des jours de grève est une revendication légitime

Le nouveau patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou dit dans un entretien au Journal du dimanche vouloir "renouer le fil" avec les cheminots, insistant longuement sur sa volonté de "paix sociale" dans une entreprise secouée par de récentes mobilisations.

"Il ne peut pas y avoir un bon service aux clients s'il n'y a pas une paix sociale dans l'entreprise". L'arrêt de travail avait été décidé par la CGT et Sud Rail à la suite d'une collision, survenue en Champagne-Ardenne, entre un TER et un convoi exceptionnel à un passage à niveau. "Cette agitation témoigne de la préoccupation des salariés. Je vais voir au plus vite chacune des quatre organisations représentatives", a-t-il déclaré. Mais les syndicats sont loin d'acquiescer. "Le climat social est extrêmement tendu, l'entreprise bouge dans tous les sens et les salariés ne se reconnaissent plus dans l'entreprise", s'alarme Olivier Depoulain, de l'Unsa ferroviaire, deuxième syndicat de cheminots. Je veux renouer le fil " a-t-il en outre expliqué.

Jean-Pierre Farandou, qui a succédé vendredi à Guillaume Pepy à la tête de la SNCF, se donne "un an" pour définir le nouveau projet d'un groupe qui devient une société anonyme le 1er janvier. "Il faut mettre ou remettre les organisations syndicales à bord. Tout comme les salariés", a-t-il martelé, prônant une gestion plus décentralisée. Je suis convaincu que le projet de long terme que j'appelle 'la transition ferroviaire' est aussi une partie de la solution.

S'il ne peut amender fortement le budget 2020, M. Farandou annonce un "correctif " sur les conditions de vie au travail. "Je souhaite par exemple que dans le budget, des enveloppes soient prévues pour rénover les locaux qui en ont besoin", a-t-il indiqué.

Interrogé par le JDD au sujet de ce recours au droit de retrait, Jean-Pierre Farandou s'est montré ferme: "Je considère qu'il y a un exercice illégitime et généralisé de ce droit, surtout quand on voit qu'il concerne des conducteurs qui n'étaient pas sur le même type d'engins".

Dernières nouvelles