Inde : Un nuage de pollution asphyxiante recouvre New Delhi depuis plusieurs jours

"État d'urgence sanitaire: New Delhi suffoque sous un pic de pollutionPlus

À New Delhi, un épais nuage de pollution s'est abattu sur la ville et ses 20 millions d'habitants.

L'un des plus violents épisodes de pollution atmosphérique qu'a connue la mégapole indienne ces dernières années. Un brouillard de pollution dantesque envahit la capitale indienne, les bâtiments, s'immisçant dans les foyers, les bureaux et même les galeries souterraines du métro. New Delhi est d'ailleurs souvent qualifiée par les responsables indiens de "chambre à gaz". "Delhi est devenu une chambre à gaz à cause des brûlis dans les Etats voisins", a-t-il dit. Le gouvernement local a annoncé le mois dernier qu'il allait distribuer 5 millions de masques protecteurs aux élèves.

Autres conséquences, les écoles de New Delhi seront fermées jusqu'à mardi, tandis que la circulation alternée doit être mise en place jusqu'au 15 novembre. Les véhicules ne peuvent circuler qu'un jour sur deux selon leur plaque d'immatriculation. Dans certains quartiers, le niveau de particules fines dans l'air dépasse quarante fois le maximum conseillé par l'Organisation mondiale de la santé.

D'un diamètre égal au trentième de celui d'un cheveu humain, les particules fines en suspension dans ce smog peuvent s'infiltrer dans le sang, à travers les poumons. Le ministre fédéral de l'Environnement Prakash Javadekar a de son côté accusé Arvind Kejriwal de politiser le problème et de faire de ses voisins les boucs émissaires de la crise. Cependant, les experts sont très circonspects sur l'efficacité de ce dispositif, utilisé plusieurs fois depuis 2016, notamment en raison des très nombreuses exemptions, pour les deux-roues ou pour les conductrices par exemple.

Toute valeur supérieure à 400 sur l'IQA présente un risque pour les personnes souffrant de maladie respiratoire et peut également affecter même les poumons en bonne santé. Un rapport de l'ONU avait affirmé l'an passé que 14 des villes les plus polluées au monde se trouvaient en Inde.

En 2017, la pollution de l'air a causé 1,2 million de décès prématurés dans le pays, selon l'estimation d'une étude parue l'année dernière dans la revue scientifique The Lancet.

Pour réduire les effets néfastes de la pollution sur le corps, le ministre de la Santé a seulement recommandé, dimanche, aux Indiens de manger des carottes.

"Chaque respiration que nous prenons nous tue plus rapidement, nous et nos proches, et pourtant nous ne pouvons rien faire contre cela, ce qui nous rend impuissants, tristes et en colère", ont-ils déclaré dans cette lettre ouverte.

Dernières nouvelles