La hausse des prix confirmée pour 2020 — Péages

Infographie Le Parisien

Infographie Le Parisien

Sur certains tronçons, généralement les plus empruntés, les tarifs des péages ont littéralement explosé sur cette période: c'est le cas sur les autoroutes reliant Rouen (Seine-Maritime) à Tours (Indre-et-Loire), qui enregistrent + 34,06 % entre 2011 et 2018, soit une hausse de 9,40 €; Angers (Maine-et-Loire) - Rouen (+ 33,69 %) soit + 9,50 €, ou encore Chambéry (Savoie) - Genève (Suisse) (+ 24,27 %)...

"Les contrats prévoient des augmentations chaque année en fonction du niveau de l'inflation et d'autres paramètres".

D'abord, les évolutions des tarifs sont prévues dans les contrats de concession des autoroutes en fonction de l'inflation d'octobre, qui a atteint 0,7 % selon l'Insee. A partir du 1er février prochain, les automobilistes qui voudront emprunter ces grands axes de circulation devront payer en moyenne entre 1 et 1,5 % de plus.

Pour Jean-Baptiste Djebbari, la hausse est également due à des compensations à la suite de travaux réalisés dans le cadre du " plan autoroutes " de François Hollande d'un milliard d'euros et de la redevance domaniale prélevée par l'État.

"Je ne peux que le déplorer en tant que citoyen mais ça a été signé par des hommes et femmes politiques au pouvoir". En septembre 2017, une enquête de France 2 dévoilait un accord secret passé en 2014 entre le gouvernement (représenté notamment par le ministre de l'Économie de l'époque, Emmanuel Macron) et les sociétés d'autoroute, offrant à celles-ci le droit d'augmenter leurs tarifs chaque année entre 2019 et 2023, en échange d'un gel des tarifs en 2015, imposé par la ministre de l'Écologie d'alors, Ségolène Royal. "Nous pourrions être démagos et dire que l'Etat ne respecte plus aucun contrat mais ce n'est pas un discours raisonnable", a ajouté le secrétaire d'Etat en charge des Transports.

Dernières nouvelles