En déplacement au Sahel, Florence Parly prône la "patience" face aux jihadistes

La France piégée dans le chaos sahélien

En déplacement au Sahel, Florence Parly prône la "patience" face aux jihadistes

"Armés de patience"! Pas sûr que la patience, même conjuguée à "des efforts, de la détermination et de la constance", comme l'a déclaré Florence Parly, à N'Djemena, suffise pour inverser une tendance à la dégradation sécuritaire au Sahel.

Les violences jihadistes persistent dans le nord du Mali, six ans après l'intervention militaire française Serval, à laquelle a succédé l'opération Barkhane. Au pays des Hommes intègres, le député-maire de Djibo, sanctuaire des terroristes, et trois de ses compagnons, ont aussi été envoyés ad patres, le 3 novembre, sans oublier la mort de 5 gendarmes hier, à Oursi dans la partie septentrionale du Burkina. "Notre engagement au Sahel est et reste une priorité pour la France".

Si elle estime qu'il "faudra du temps pour construire cette résilience des forces locales", Florence Parly a affirmé que son armée faisait preuve de "patience ". "Nous mettrons du temps à vaincre ces groupes qui prospèrent sur les difficultés sociales et économiques des pays sahéliens".

Dans la capitale tchadienne, Florence Parly a rencontré le président Idriss Déby Itno. Ils apportent un soutien aux armées nationales qui combattent des djihadistes liés aux organisations terroristes comme l'Etat islamique ou Al-Qaïda. L'attaque des insurgés qui s'était soldée par la mort du soldat français avait eu lieu près de la frontière du Niger, au lendemain d'un autre assaut dans la même région contre une base militaire malienne qui a fait quarante-neuf morts. On est d'autant plus fondé à le croire que les manifestations organisées récemment par des OSC au Mali et au Burkina, sont loin d'être favorables à la présence des forces françaises dans les deux pays. Depuis 2016, 204 militaires burkinabè ont péri lors d'attaques jihadistes, qui ont fait au moins 630 morts civils et militaires selon un comptage de l'AFP. Le groupe a aussi revendiqué l'attentat de Ouagadougou de mars 2018 (8 morts).

Le Tchad est un partenaire historique de la France et joue un rôle prépondérant dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Dernières nouvelles