L'Iran relance des activités d'enrichissement d'uranium gelées — Nucléaire

Nucléaire: l'Iran va reprendre des activité l'enrichissement d'uranium gelées

Uranium enrichi: l’Iran annonce le lancement de 30 nouvelles centrifugeuses améliorées

Une nouvelle réduction des engagements sur le nucléaire.

" Nous maintenons ouverte la voie de la négociation " et, " dans les deux mois qui viennent, nous négocierons encore " a ajouté le président, disant espérer une solution permettant à l'Iran de " vendre facilement (son) pétrole " et d'accéder au système financier international". Sans quoi, l'Iran réduira encore davantage ses engagements.

Washington, assure le département d'État, "continuera à imposer une pression maximale sur le régime jusqu'à ce qu'il cesse son comportement déstabilisant, notamment les activités sensibles de prolifération" nucléaire.

Le président iranien Hassan Rouhani a annoncé que l'usine d'enrichissement d'uranium de Fordow reprendra la production avec 1 044 centrifugeuses le mercredi 5 novembre, rendant ainsi l'accord Obama de 2015 nul et non avenu. L'Iran veut qu'ils l'aident à contourner les sanctions consécutives au retrait en 2018 des Etats-Unis de ce pacte, jugé trop laxiste.

M. Peskov a néanmoins dit " comprendre les inquiétudes " iraniennes face aux sanctions américaines " sans précédent et illégales " prises à l'encontre de Téhéran.

Aux termes de l'accord de Vienne, Téhéran a accepté de réduire drastiquement ses activités nucléaires -afin de garantir leur caractère exclusivement civil- en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales asphyxiant son économie.

Le retour des sanctions prive Téhéran des retombées économiques qu'elle attendait de l'accord; l'économie iranienne s'enfonce dans une violente récession.

" Notre soutien (à l'accord de Vienne) dépend du plein respect de ses engagements par l'Iran", a déclaré lundi la porte-parole de Federica Mogherini, qui dirige la diplomatie de l'Union européenne".

"Pour la première fois de manière explicite et de manière non limitée l'Iran décide de sortir du cadre du JCPOA (l'accord sur le nucléaire de 2015, ndlr), ce qui est un changement profond" par rapport à la position de l'Iran jusqu'à présent, a déclaré le chef de l'État français lors d'une conférence de presse à Pékin.

Jusque-là, Européens, Chinois et Russes se sont montrés incapables d'aider Téhéran.

Alors que le guide suprême iranien Ali Khamenei a récemment réaffirmé son opposition à tout dialogue avec Washington, un diplomate a jugé "encourageante l'évocation par M. Rohani de la poursuite de négociations à huis clos".

Depuis mai, l'Iran a commencé à enrichir de l'uranium à un degré supérieur au plafond prévu par l'accord de Vienne (3,67%) et à en conserver des quantités enfreignant la limite de 300 kilos fixée par ce texte. Des inspecteurs de l'AIEA seront envoyés sur place pour superviser le processus, a ajouté Kazem Gharibabadi. En plus de mettre en route de nouvelles centrifugeuses, il a confirmé que son pays produisait actuellement cinq kilogrammes d'uranium enrichi par jour.

Celui-ci autorise un nombre limité de centrifugeuses dite de première génération (IR-1), mais l'Iran utilise désormais des machines plus modernes.

L'Iran limite néanmoins son taux d'enrichissement à 4,5%, en-deçà des 20% qu'il pratiquait avant l'accord, et très loin des 90% nécessaires pour une utilisation militaire.

Dernières nouvelles