Le roi d'Arabie saoudite s'entretient avec la directrice de la CIA

AP              Gina Haspel

AP Gina Haspel

Deux anciens employés de Twitter et un Saoudien ont été inculpés aux Etats-Unis pour avoir fourni à Ryad des informations sur des utilisateurs du réseau social critiques envers la famille royale saoudienne, a annoncé mercredi la justice américaine.

Les faits reprochés remontent entre fin 2014 et le printemps 2015. Il est également soupçonné d'avoir participé à la fuite d'Ali Alzabarah des Etats-Unis après les premières questions formulées par la hiérarchie de Twitter.

Le département américain de la Justice accuse deux anciens employés du site de microblogging Twitter et un sujet saoudien d'avoir espionné quelque 6 000 personnes qui ont critiqué Riyad sur Twitter.

" La plainte pénale aujourd'hui non scellée allègue que des agents saoudiens ont miné les systèmes internes de Twitter pour obtenir des informations personnelles sur des critiques saoudiens connus et des milliers d'autres utilisateurs de Twitter ", a déclaré l'avocat américain David L. Anderson. Pour les États-Unis cela ne fait aucun doute: les deux hommes auraient agi pour le compte du gouvernement saoudien.

Almutairi et Alzabarah sont probablement en Arabie saoudite désormais, précise le ministère américain, qui a émis un mandat d'arrêt à leur encontre. "Nous ne permettrons pas aux entreprises américaines ou à la technologie américaine de devenir des outils de répression étrangère en violation du droit américain ".

C'est l'année suivante qu'un employé de Twitter corrompu aurait accédé à son compte pour copier ses informations personnelles et les transmettre aux autorités saoudiennes, selon le résumé de l'enquête du FBI déposé en cour. L'un d'entres-eux s'est installé en Arabie saoudite avec sa famille.

Tout en admettant sa responsabilité en tant que dirigeant du royaume, le prince Mohammed dément avoir été informé à l'avance de l'opération qui a mené à l'assassinat du journaliste saoudien.

Ce dernier, qui coopérait pour le Washington Post, a été tué et démembré le 2 octobre 2018 à l'intérieur du consulat saoudien à Istanbul.

Un troisième suspect intervient dans cette affaire d'espionnage.

Dans une déclaration à Gizmodo, un porte-parole de Twitter a déclaré: " Notre société limite l'accès aux informations confidentielles à un compte à un groupe restreint d'employés formés et contrôlés.

Dernières nouvelles