Christophe Castaner sauve Samira, menacée d’excision en Côte d’Ivoire — France

Samira menacée d'expulsion −     Pétition

Samira menacée d'expulsion − Pétition

Pierre-Natnaël Bussière, collaborateur parlementaire du député européen, rappelle que l'Italie n'a plus les moyens de traiter ces cas là et expulser la petite Samira et son père vers ce pays montre bien l'absurdité de ce système.

En ce samedi 9 novembre, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé que le droit de séjour de Samira et de son père serait finalement "réexaminé". "Le droit au séjour de Samira et son père va être réexaminé, compte tenu de leur situation familiale particulière", ajoute-t-il.

Samira est une rescapée des opérations de sauvetage en Méditerranée. Auprès de l'AFP, Raphaël Glucksmann a réagi en déclarant que la question n'était "pas résolue": "On ne sait pas s'ils vont leur donner un titre de séjour ou non".

Conformément au "règlement de Dublin" confiant l'étude de la demande d'asile au pays d'entrée en Europe, l'Italie pour cette famille, Samira et son père doivent être expulsés vers Venise le 12 novembre à 10h10. Elle a fui son pays avec ses parents pour échapper à l'excision.

Raphaël Glucksmann s'est alors adressé au préfet de police: "La Déclaration internationale des droits de l'enfant prévoit que l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale dans toutes les décisions qui concernent les enfants". Au cours de la traversée, elle a perdu sa mère. Après avoir subi le rejet et la haine en Italie, Samira et son papa se sont installés en France.

La fillette ivoirienne âgée de dix ans était sous le coup d'une procédure d'expulsion, dont l'exécution était prévue le 12 novembre. Samedi, près de 200 personnalités, à l'initiative de Raphaël Glucksmann et de Hélène et Omar Sy, avaient renouvelé cet appel dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron publiée sur le site du JDD. Le texte a été signé par Anne Hidalgo, Danny Boon, Christiane Taubira et Nicolas Hulot notamment.

Même si son dossier n'est pas définitivement réglé, Samira peut donc rester en France pour le moment.

Dernières nouvelles