L'école de Marion Maréchal limoge un historien russe soupçonné de meurtre

Oleg Sokolov lors d'une reconstitution d'une bataille napoléonienne en 2006

Oleg Sokolov lors d'une reconstitution d'une bataille napoléonienne en 2006.- DENIS SINYAKOV AFP

Il a été arrêté tôt ce samedi matin sur les bords des canaux Moyka de Saint Pétersbourg dans un état d'ébriété avancé, alors qu'il tentait de se débarrasser d'un sac contenant les deux bras d'une étudiante de 24 ans avec laquelle il collaborait. Selon les médias, les plongeurs ont plus tard retrouvé des restes de la jeune femme au fond du cours d'eau.

Selon les médias russes, il aurait reconnu avoir tué sa compagne de 24 ans, Anastassia Echchenko, lors d'une dispute, puis avoir coupé sa tête, ses bras et ses jambes pour tenter de s'en débarrasser.

" Un homme de 63 ans a été sorti samedi matin des eaux de la rivière Moïka, dans le centre-ville". Ce parfait francophone, décoré de la Légion d'honneur en 2003, est aussi le fondateur d'une association organisant des reconstitutions des grandes batailles napoléoniennes en Russie, - en costumes avec des milliers de figurants-, comme celle de Borodino (1812). Divers témoignages composent le portrait d'un homme à la personnalité quelque peu inquiétante, voire mégalomaniaque, et parfois brutale. Mais il leur semblait aussi "bizarre", aimant s'habiller en Napoléon, appelant sa compagne "Joséphine", et aimant se faire appeler "Sire".

Oleg Sokolov est spécialiste de l'histoire militaire française et mène également des recherches sur l'histoire militaire de la Russie et de l'Europe du XVe au XIXe siècle.

Plus grave, en 2008, Oleg Sokolov aurait tenté d'étrangler une jeune femme, après avoir voulu lui appliquer un fer à repasser sur le visage, selon le journal Moskovski Komsomolets.

Respecté pour ses travaux, auteurs d'innombrables livres et articles, conseiller historique pour des films et documentaires, Oleg Sokolov était aussi membre du conseil scientifique de l'Institut de sciences sociales, économiques et politiques (Issep), l'"université " fondée par Marion Maréchal à Lyon.

L'Issep s'est ému samedi, dans un communiqué, du "crime atroce dont se serait rendu coupable Oleg Sokolov ". "Étant professeur de la chaire d'histoire moderne à l'université de Saint-Pétersbourg, intervenu comme directeur d'études invité à l'École pratique des hautes études à la Sorbonne, décoré de la Légion d'honneur française, nous n'imaginions pas qu'il puisse commettre cet acte odieux", expliquait l'Institut.

À Saint-Pétersbourg, Oleg Sokolov, hospitalisé pour hypothermie, a été placé en garde à vue et l'enquête se poursuivait dimanche. Marion Maréchal l'a peut-être échappé belle...

Dernières nouvelles