Présidence de l’ARP : chacun y va de son candidat

Rached Ghannouchi, le chef du parti islamiste Ennahdha, élu à la tête du Parlement tunisien

Rached Ghannouchi au perchoir, mais à quel prix !

Il a, par ailleurs, confirmé que Qalb Tounes allait présenter la candidature de Samira Chaouachi pour le poste de première vice-présidente de l'ARP.

De fait, on sentait, ce mercredi matin, que quelque chose se tramait dans les coulisses du palais du Bardo, et le député nahdhaoui, Noureddine Bhiri, l'a reconnu implicitement en prenant d'extrêmes précautions et réserves et en lâchant que " les concertations se poursuivent avec les différentes parties concernées par le processus parlementaire ".

Et bien entendu, Ennahdha présente son président comme candidat.

Zitoun a ajouté que si Rached Ghannouchi était élu à la présidence de l'ARP, Ennahdha consentirait à confier la présidence du gouvernement à une personnalité extérieure au parti.

Les candidats à la présidence de l'assemblée sont: Rached Ghannouchi (Ennahdha), Ghazi Chaouachi (Attayar), Marouen Falfel (Tahya Tounes) et Abir Moussi (Parti destourien libre).

"S'ils ne nous soutiennent pas aujourd'hui au Parlement, les partis Attayar et Achaab ne feront probablement pas partie du prochain gouvernement de coalition", a averti Imed Khmiri, porte-parole d'Ennahdha.

Quand Ghannouchi vire sa cuti!

Que se passe-t-il en Tunisie?

Dernières nouvelles