5G: la colère des opérateurs face aux choix de l'État

Les opérateurs télécoms connaissent désormais la totalité des conditions d'attribution des fréquences utilisées pour le déploiement de la 5GPlus

Les opérateurs télécoms connaissent désormais la totalité des conditions d'attribution des fréquences utilisées pour le déploiement de la 5GPlus

La Commission des participations et des transferts (CPT), autorité indépendante chargée de donner un avis sur la valeur minimale en dessous de laquelle ne peut être cédé ce bien public, a fixé le prix des fréquences à 2,18 milliards pour la totalité des 310 MHz disponibles. Quelques jours seulement après la publication par l'Arcep du cahier des charges ambitieux de la 5G en France, l'Etat a levé le voile hier sur le prix-plancher pour l'attribution des fréquences de la cinquième génération de téléphonie mobile. Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'État après du ministre de l'Économie et des Finances, a beau répéter que ce prix est "équilibré et raisonnable", les opérateurs ne décolèrent pas.

Cette annonce du gouvernement déçoit. Ensuite, ils devront se disputer les 110 MHz de spectre restants avec des enchères sur des blocs de 10 MHz, dont chacun sera mis en vente à un prix de départ de 70 millions d'euros, détaille Le Monde. "Jamais nous n'avons eu des obligations d'investissements aussi importantes associées à des enchères potentiellement aussi élevées", tranche Arthur Dreyfuss, le président de la Fédération française des télécoms.

Dernières nouvelles