PDG: Capgemini suivra d'autres projets si l'offre sur Altran n'aboutit pas

Elliott persiste à juger l'offre de Capgemini sur Altran insuffisante

CAPGEMINI, plus forte baisse du CAC 40 à la clôture-Mercredi 27 novembre 2019

Le fonds activiste, qui détient plus de 10% du capital essentiellement à travers des equity swaps, invite les actionnaires d'Altran à " examiner tous les faits avant de décider de se rallier à un processus déficient, et d'accepter un prix insuffisant en échange de leurs titres ". Dans une déclaration adressée à l'Autorité des marchés financiers, il estime que l'offre de rachat amicale dévoilée en juin par Capgemini sous-évalue Altran, spécialiste français des services d'ingénierie et de recherche et développement. L'opération à 5 milliards d'euros 5 milliards d'euros, dette comprise, étant observée comme une consolidation du secteur des services informatiques.

Le prix proposé par Capgemini représente une prime de 30% sur le dernier mois précédent l'annonce de la transaction le 24 juin.

La Cour d'appel de Paris doit se prononcer sur la conformité de l'OPA, après une action intentée par l'Association de défense des actionnaires minoritaires (Adam), mandatée entre autres par Elliott. Ce recours pourrait retarder de plusieurs mois l'opération, initialement prévue à la fin de l'année 2019. Une première décision, sur la forme, sera rendue le 4 décembre.

" Elliott cherche à ralentir l'opération ", a expliqué M. Hermelin".

"Je suis assez confiant".

Le PDG s'est dit ouvert à rencontrer des représentants d'Elliott, qui ont récemment formulé une demande en ce sens, à la condition que la discussion porte sur des éléments nouveaux. "On peut se voir, on ne refusera jamais un rendez-vous", a indiqué le dirigeant à Reuters. "Mais " je pense que ca passera", a-t-il assuré".

M. Hermelin a exclu tout renchérissement de la part de Capgemini, et expliqué que son groupe renoncerait à l'opération s'il ne parvenait pas à réunir 50,1% du capital. Mais il a prévenu que si les 50,1% nécessaires n'étaient pas obtenus, il "fera autre". "Le digital est tellement riche d'opportunités".

Dernières nouvelles