Le rapport d'enquête sur les "méfaits" de Trump attendu en décembre

L'ex-conseil de la Maison blanche doit témoigner devant les démocrates

L'EX-CONSEIL DE LA MAISON BLANCHE DOIT TÉMOIGNER DEVANT LES DÉMOCRATESPlus

Comme pour la procédure de destitution en cours sur des pressions qui auraient été exercées sur l'Ukraine, cette enquête est menée par les démocrates à la Chambre des représentants, qu'ils contrôlent. "Donald Trump a profité mardi du traditionnel pardon présidentiel de dindes avant Thanksgiving pour lancer des piques à ses adversaires favoris en abordant une large variété de sujets".

Par conséquent, "il va sans dire que la loi s'applique à l'ancien avocat de la Maison Blanche Don McGahn comme elle s'applique aux autres hauts responsables actuels ou passés de la Maison Blanche", écrit-elle.

"Les présidents ne sont pas des rois", a noté Mme Jackson, avant de souligner que "personne, pas même le chef de l'exécutif, n'est au-dessus de la loi".

Ce rapport devrait servir de base à la mise en accusation (impeachment) de Donald Trump, ce qui déboucherait sur un procès en destitution devant le Sénat où les républicains, majoritaires, se rangent pour l'heure massivement derrière le président. Une fois devant le Congrès, ils sont libres de s'abstenir de témoigner, explique-t-elle toutefois.

Une porte-parole du département de la Justice a indiqué dans un communiqué transmis par email l'intention de l'administration Trump de faire appel.

Don McGahn fut un témoin clé du procureur spécial Robert Mueller qui avait enquêté pendant deux ans sur l'ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016 et les soupçons d'entrave à la justice visant Donald Trump dans cette affaire.

Le comité du renseignement de la Chambre des représentants pourrait remettre son rapport d'enquête dans la procédure de destitution du président américain dès la semaine prochaine. Mais l'enquête parlementaire stagne depuis, faute d'avoir entendu des témoins de premier plan comme M. McGahn, selon les démocrates.

Donald Trump est soupçonné par les démocrates d'avoir cherché à conditionner l'octroi d'une aide militaire à l'Ukraine et d'une visite à la Maison-Blanche du président ukrainien, Volodimir Zelenski, à l'ouverture d'une enquête sur les activités en Ukraine du fils de Joe Biden, l'un des rivaux potentiels de Trump à l'élection présidentielle de 2020.

Les "preuves des méfaits commis par le président " Donald Trump sont " claires et difficilement contestables ", estime Adam Schiff, le chef démocrate de la commission du renseignement.

En fait, il s'agissait de la dernière perte en termes de pertes subies par les tribunaux d'instance inférieure pour M. Trump, qui défend son échec vis-à-vis de la surveillance exercée par le législateur et de l'enquête de mise en accusation.

Le question pourrait à l'avenir être portée devant la Cour suprême, ce qui permettrait au ministère de chercher à obtenir, en attendant, un sursis à statuer visant la décision de la juge Jackson.

Dernières nouvelles