Nord : la société de métallurgie Tim mise en liquidation, 304 emplois supprimés

Nord : la société de métallurgie Tim mise en liquidation, 304 emplois supprimés

Liquidation de la société Tim : "304 salariés vont se retrouver au chômage à l'approche des fêtes de...

Le tribunal de commerce de Lille devrait prononcer mercredi, sauf surprise, la mise en liquidation du fabricant de cabines d'engins de chantier Tim, qui emploie 300 personnes à Quaëdypre (Nord), selon les différentes parties du dossier.

L'entreprise, qui connaissait d'importantes difficultés financières, avait été placée en redressement judiciaire fin août.

Créée en février 1976 et spécialisée dans la fabrication de cabines pour les engins de chantier et les tracteurs, l'entreprise de Quaëdypre (au Sud de Dunkerque, près de Bergues) avait déjà été placée en liquidation judiciaire durant l'été 2017, avant une reprise par Atlas GMBH.

"Il y avait tout pour réussir, mais il a tout foutu en l'air". Donc, maintenant, j'espère que, civilement, il va payer et que pour les 304 salariés, il y aura un suivi, qu'ils ne partiront pas les mains vides, parce que c'est honteux de voir ça, honteux! "C'est un échec, évidemment".

Dix salariés, représentants CGT et FO, ont déposé une plainte contre X pour escroquerie visant l'opération de reprise menée en 2017. A l'époque, Bercy avait "salué" la reprise par Atlas, après "une semaine de dialogue et de travail intenses" menés par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et le secrétaire d'Etat Benjamin Griveaux, et "en étroite coordination avec Xavier Bertrand". "Il y a deux ans on pensait rebondir et finir notre carrière chez Tim", estime Franck Demeester, élu CFDT. "Donc il y a quelqu'un qui ment", a-t-il encore dénoncé, alors que la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher affirmait encore lundi avoir "débloqué" le prêt de 2 millions d'euros promis en 2017. Aucune offre de reprise n'avait été formulée. Interrogé, Bercy dit ne pas savoir pour l'instant, mais affirme que "c'est évidemment une question qu'on regarde". La perte de plusieurs clients, dont son principal l'américain Caterpillar, a scellé le sort de Tim.

Dernières nouvelles