Afghanistan: Trump annonce de nouvelles négociations mais la paix est encore loin

Une délégation des talibans chaleureusement accueillie au Pakistan

Monde Une délégation des talibans chaleureusement accueillie au Pakistan

C'est le président américain Donald Trump qui a annoncé la nouvelle ce jeudi, lors d'une visite surprise en Afghanistan, où le mouvement est implanté. Une visite à l'occasion de Thanksgiving.

Le négociateur américain, Zalmay Khalilzad, avait dévoilé très peu d'éléments sur "l'accord de principe" qu'il affirmait avoir passé avec les Talibans. La première visite de son mandat dans le pays. "Je pense que ça va probablement marcher comme ça". "Les talibans veulent un accord, on verra s'ils veulent vraiment un accord, dit D. Trump".

Scott Worden, expert de l'Afghanistan et de l'Asie centrale pour l'Institute of Peace, estime qu'un accord avec les talibans pourrait être beaucoup plus long à atteindre si de nouveaux éléments sont ajoutés.

Le président américain a par ailleurs confirmé son intention de réduire la présence militaire américaine sur place, avec à terme 8 600 soldats, contre 13 000 à 14 000 aujourd'hui. Un photographe de l'AFP a voyagé avec lui, mais n'a pas eu le droit de communiquer avant l'arrivée, comme les autres journalistes participant au voyage, qui n'ont appris que deux heures avant l'atterrissage la destination de l'avion présidentiel, toutes lumières éteintes. Un accord historique aurait pu aboutir. "Et nous sommes en train de les rencontrer", a déclaré M. Trump à l'issue d'un entretien avec le président afghan Ashraf Ghani sur la base aérienne américaine de Bagram, près de la capitale afghane Kaboul. "Depuis, nous les avons durement frappés, ils n'ont jamais été frappés aussi durement dans l'histoire de cette guerre, a dit Trump".

Il devait permettre un retrait progressif des soldats américains en Afghanistan, en échange de garanties de sécurité, d'une "réduction de la violence" et de l'ouverture de négociations directes entre les talibans et le gouvernement de Kaboul.

Depuis, la semaine dernière, les Taliban ont libéré deux otages, un Américain et un Australien, professeurs à l'université américaine de Kaboul, en échange de la libération par les Afghans de trois prisonniers talibans de haut rang.

Avec ses soldats pour ce qui est la plus grande fête traditionnelle aux Etats-Unis, le commandant en chef a posé pour des photos et servi de la dinde, avant de s'adresser à environ 1.500 d'entre eux dans un grand hangar.

Dernières nouvelles