Attaque de Londres : Emmanuel Macron apporte son soutien "au peuple britannique"

Plusieurs blessés dans une attaque à l'arme blanche à Londres

Plusieurs personnes ont été blessées le 29 novembre 2019 à Londres lors d'une attaque à l'arme blanche près du London Bridge- Tolga Akmen

Si dans une vidéo de 2008, il assure ne pas faire partie de la mouvance islamiste, il est condamné à une peine illimitée en 2012 pour terrorisme. Appartenant à un groupe de la mouvance d'al-Qaïda, il avait en effet écopé de 18 ans de prison, ramenés à 16 en appel, pour avoir voulu faire sauter la Bourse de Londres. Trois autres personnes, un homme et deux femmes, ont été blessées et sont toujours hospitalisées.

Remis en liberté conditionnelle six ans plus tard, Usman Khan se "conformait" à "la liste étendues de conditions" posées par la justice britannique, d'après Neil Basu.

Avant le début d'une réunion du comité de crise du gouvernement ("Cobra") dans la soirée, le Premier ministre Boris Johnson a dit avoir souligné "depuis longtemps" que "c'est une erreur de permettre aux criminels violents de sortir de prison de manière anticipée". "Je veux rendre hommage à l'extraordinaire bravoure des passants qui sont intervenus physiquement pour sauver la vie d'autres personnes", a-t-il déclaré à la presse. Des questions qui, à moins de deux semaines des élections législatives anticipées, sont venues chambouler la campagne électorale.

La police a indiqué avoir été appelée à 13H58 (locales et GMT) pour une attaque au couteau près de London Bridge, un pont et une importante gare du centre de la capitale britannique. "On a fait tout ce qu'on pouvait pour essayer de lui arracher son couteau afin qu'il ne blesse personne d'autre", a témoigné cet homme de 32 ans. Selon des informations du New York Times, le terroriste était porteur d'un bracelet électronique et assistait à une conférence sur la réhabilitation des prisonniers organisée par l'institut de la criminalité de l'université de Cambridge, qui se tenait à Fishmongers's Hall, quand il a lancé son assaut meurtrier. Sur plusieurs vidéos postées sur les réseaux sociaux, on voit ces courageux se jeter sur le terroriste, alors qu'ils ne savaient pas que sa veste explosive n'était pas une vraie.

Parmi les images qui circulent sur les réseaux sociaux, on voit celle d'un homme aux prises avec le terroriste, et un policier intervenant pour aider cet homme à s'extraire avant que l'un de ses collègues ne tire à deux reprises sur l'assaillant.

Le Royaume-Uni a reçu des messages de soutien de l'étranger, notamment de la Maison Blanche qui a condamné "avec force toutes les violences horribles contre des innocents". Bilan: huit morts et une cinquantaine de blessés.

C'était l'un des attentats revendiqués par le groupe jihadiste État islamique (EI) qui avaient frappé le Royaume-Uni cette année-là.

Dernières nouvelles