Le flop de Charlie Hebdo au sein de l'Armée française

"Qu'ai-je manqué moi-même, chef d'état-major de l'armée de terre, dans l'explication du sens profond de notre engagement, pour qu'avec une telle désinvolture soient raillés ceux qui ont donné leur vie afin que soient justement défendues nos libertés fondamentales?"

"Profonde indignation et incompréhension à la vue de ce dessin de Charlie Hebdo", a réagi sur Twitter le général Thierry Burkhard, chef d'état-major de l'Armée de terre, le 29 novembre.

Charlie Hebdo, à la longue tradition antimilitariste, a publié cinq dessins sur la mort au Mali de treize soldats de la force française Barkhane, dont 7 appartenant au 5e RHC de Pau-Uzein.

L'un montre notamment le président Emmanuel Macron debout devant un cercueil recouvert du drapeau bleu-blanc-rouge et surmonté d'un des slogans de la campagne de recrutement: "J'ai rejoint les rangs pour sortir du lot". Le chef d'état-major de l'armée de terre s'est indigné des dessins de Charlie Hebdo, diffusés seulement en ligne et non dans la version papier du journal. Sur un autre, on peut voir un cercueil décoré et le slogan: " Je protège mon pays je progresse dans ma vie". Ou encore, accompagnant le dessin d'un groupe de soldats affligés portant un cercueil: "Je suis tourné vers les autres, et vers mon avenir".

Des caricatures qui ne passent pas auprès de l'armée .

Les soldats français sont morts dans la collision de deux hélicoptères lors d'une opération de combat contre des jihadistes, dans un contexte sécuritaire alarmant au Sahel.

Thierry Burkhard ajoutée: " Mes pensées vont d'abord aux familles de tous les soldats morts au combat pour défendre nos libertés . Il a également adressé une lettre à Riss, le directeur de la publication de l'hebdomadaire satirique: " Le temps du deuil de ces familles a été sali par des caricatures terriblement outrageantes dont votre journal a assuré la diffusion.

A la veille de l'hommage national qui se tient ce lundi aux Invalides, des dessins parodiques publiés ce vendredi par Charlie Hebdo ont provoqué une vive polémique.

Dernières nouvelles