Hommages après la mort du chef Mariss Jansons

Décès du chef d’orchestre letton Mariss Jansons

Twitter

Le Letton est mort dimanche à l'âge de 76 ans a annoncé l'Orchestre philharmonique de Vienne, qu'il a conduit dans le passé.

Né à Riga, en Lettonie, en 1943, d'une mère cantatrice et d'un père chef d'orchestre, il fut l'élève à Leningrad de Yevgueny Mravinsky avant de devenir l'assistant de Karajan.

Les instrumentistes du Philharmonique de Vienne l'ont appelé à diriger le Concert du Nouvel An, sorte de Graal et d'adoubement ultime dans la carrière, en 2006, 2012 et 2016.

Chef invité très prisé, Mariss Jansons a collaboré avec presque tous les grands orchestres du monde; il a été à l'affiche des principaux festivals et avait même joué au Vatican devant le pape Benoît XVI.

S'il était un ambassadeur infatigable du répertoire russe, en particulier de Chostakovitch dont il a enregistré une intégrale qui fait référence, il a défendu aussi bien les grandes fresques germaniques de Mahler ou Bruckner que la musique française, sans oublier l'opéra, où ses apparitions en fosse étaient guettées des mélomanes, à l'exemple d'une Dame de Pique à Salzbourg plébiscitée par la critique et le public. Directeur musical de l'Orchestre Philharmonique d'Oslo à partir de 1979, il a conféré à l'ensemble une stature internationale. Il succède en 2004 à Riccardo Chailly à la tête de l'Orchestre royal du Concertgebouw d'Amsterdam. "Il reste du temps pour l'analyse après le concert", expliquait-il.

Le maestro avait également été plébiscité aux Etats-Unis, à la tête de l'orchestre symphonique de Pittsburgh de 1997 à 2004.

Il était ensuite revenu sur ces propos qu'il a qualifiés de "pas diplomatiques, ni nécessaires ou productifs". En 1996, il avait été victime d'un infarctus lors d'une représentation de "La Bohème" de Giacomo Puccini à Oslo. En 2010, il a dû annuler plusieurs concerts pour raison de santé, se voyant contraint à une pause de plusieurs mois.

Dernières nouvelles