Wall Street ouvre en hausse, revigorée par des informations sur le commerce

Wall Street en baisse, digérant des nouvelles commerciales et un indice manufacturier

Wall Street dans le rouge, fragilisée par le commerce et le secteur manufacturier américain

Le Dow a cédé 0,96% à 27.783,04 points.

Le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a reculé de son côté de 47,34 points (-0,55%) à 8.520,64 points.

Mais Trump s'en est également pris au Brésil et à l'Argentine (surtaxes sur les importations d'aluminium) et menace de s'attaquer aux produits de luxe français.

"C'est la première fois que Donald Trump décrète vraiment des sanctions commerciales en raison de l'affaiblissement de monnaies", observe Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services.

"Le marché des actions a atteint des records, donc ce n'est pas grave", a assuré le président américain en marge du sommet de l'Otan à Londres.

En outre, la Bourse a aussi été lestée par le repli plus important que prévu de l'activité dans l'industrie manufacturière aux Etats-Unis en novembre.

Malgré un recul vendredi à la clôture, les principaux indices de la Bourse new-yorkaise se sont tous appréciés sur l'ensemble du mois dernier: en novembre, le Dow Jones est monté de 3,7%, le Nasdaq de 4,5% et le S&P 500 de 3,4%. L'indice ISM manufacturier a perdu 0,2 point de pourcentage par rapport à octobre, pour atteindre 48,1% en novembre. Les analystes espéraient un chiffre bien meilleur à 49,4%. Parmi les valeurs, plusieurs enseignes de grande distribution misaient sur la période des achats de fin d'année, débutée vendredi avec le Black Friday. Target (+0,11%), Macy's (+1,40%) progressaient, tandis que Walmart (-0,54%) et Nordstrom (-0,34%) baissaient.

Fiat Chrysler Automobiles (FCA) lâchait 0,07%.

Disney cédait 1,04% malgré l'immense succès de "La Reine des Neiges 2" au box-office nord-américain, le film d'animation ayant empoché 85,2 millions de dollars le week-end dernier, selon des chiffres provisoires publiés dimanche par la société spécialisée Exhibitor Relations.

Le fabricant de boitiers pour regarder des contenus internet sur une télé, Roku, dont l'action avait grimpé de plus de 420% depuis janvier avant la séance de lundi, a chuté de 15,15%, certains investisseurs prenant leurs bénéfices à quelques semaines de la fin de l'année.

Dernières nouvelles