Les suspects d'un viol collectif abattus par la police — Inde

Les suspects d'un viol collectif abattus par la police — Inde

Les suspects d'un viol collectif abattus par la police — Inde

Si leur mort a suscité la consternation d'avocats, elle a été accueillie par des célébrations de joie d'une partie de la population, la sœur de la vétérinaire assassinée faisant part quant à elle de sa satisfaction.

Ces hommes étaient accusés d'avoir violé et assassiné, la semaine dernière, une vétérinaire de 27 ans. La sœur a voulu ensuite la rappeler mais son téléphone était débranché.

Le cadavre carbonisé est découvert par un passant le lendemain matin.

Au Parlement national, à New Delhi, la députée Jaya Bachchan, ancienne actrice, avait déclaré que les coupables devaient être "lynchés en public ". Malgré l'arrestation rapide des quatre suspects, l'affaire a révulsé le pays où les violences sexuelles font régulièrement la Une depuis le viol collectif d'une étudiante à bord d'un autobus à New Delhi en 2012, qui avait suscité l'indignation internationale.

UNE Une victime de viol de 23 ans est dans un état critique après avoir été incendiée par un groupe d'hommes, dont deux de ses présumés violeurs, alors qu'elle se rendait devant un tribunal du nord de l'Inde jeudi.

La police d'Hyderabad affirme avoir tiré sur les suspects alors qu'ils étaient parvenus à se saisir d'armes de policiers et qu'ils tentaient de s'enfuir.

"Je suis heureuse que les quatre accusés aient été tués", a déclaré, vendredi, à une chaîne de télévision locale, la sœur de la victime. Cela aura valeur d'exemple.

"Je voudrais remercier et féliciter le gouvernement de Telangana, la police et tous ceux qui m'ont soutenu".

En Inde, la police est fréquemment accusée de crimes extrajudiciaires: pour couvrir des affaires et même calmer l'opinion. "La police doit rendre des comptes".

" Pour apaiser la colère publique contre l'échec des autorités à protéger les femmes, les autorités commettent une autre violation", a tweeté Meenaksi Ganguly, responsable pour l'Asie du Sud de Human Rights Watch (HRW). "Maintenant, personne ne saura qui a vraiment violé et tué cette femme", a déclaré à l'AFP Utsav Bains, avocat auprès de la Cour suprême.

Selon les derniers chiffres officiels incluant plus de 10.000 victimes mineures, plus de 33.000 viols ont été déclarés dans le pays en 2017. Du fait de l'inefficacité du système judiciaire indien, les victimes doivent souvent attendre des années avant d'obtenir justice.

Dernières nouvelles