Femme enceinte tuée par des chiens: une première piste écartée

Femme tuée par des chiens : un promeneur et son malinois innocentés

Un peu plus d'un mois après la mort tragique d'Élisa Pilarski, tuée par des chiens alors qu'elle se promenait dans la forêt de Retz (Aisne), l'enquête avance doucement. Cette piste a aujourd'hui été écartée, selon une source proche de l'enquête. La jeune femme, enceinte de 6 mois, avait succombé à plusieurs morsures de chiens.

Dès le 20 novembre, une information judiciaire contre X a été ouverte pour homicide "involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement résultant de l'agression commise par des chiens". "On savait qu'il n'y avait pas de risque que ce soit ce chien malinois et son maître", explique-t-elle.

Des différences d'horaires ont conduit les enquêteurs à mettre le propriétaire de ce chien hors de cause, rapporte l'avocate de la famille d'Élisa à BFMTV. Elle a d'ailleurs arrêté de se rendre avec ses chiens à cet endroit. En effet, après avoir rencontré ce promeneur et son chien, la jeune femme s'était dirigée vers la forêt pour éviter de le croiser à nouveau.

Un prélèvement ADN a été effectué sur 67 chiens: cinq appartenant à Elisa et son compagnon, et 62 chiens de chasse à courre.

Une heure avant sa mort, la jeune femme lui avait confié avoir remarqué la présence d'un malinois non tenu en laisse qui rôdait " dans les environs", qualifié " d'agressif ". Ces analyses génétiques ont pour finalité d'identifier les chiens mordeurs à l'origine de ce drame. Selon BFMTV, les résultats ne sont pas attendus, au plus tôt, avant le mois de février 2020. D'autre part, ce sont des analyses très particulières car elles portent sur des animaux.

Élisa Pilarksi avait été inhumée une dizaine de jours après sa mort " dans la plus stricte intimité ", dans le Béarn, sa région natale.

Dernières nouvelles