Taux directeur inchangé à 2,25 % et croissance à 3,8% en 2020 — BAM

Affaire Bab Darna: 80 millions de DH d'exposition des banques

Taux directeur inchangé à 2,25 % et croissance à 3,8% en 2020 — BAM

Le Conseil a par ailleurs approuvé les mesures spécifiques devant être mises en place par la Banque dans le cadre du programme d'appui à l'entrepreneuriat.

Celle-ci devrait ainsi enregistrer cette année sa croissance la plus faible depuis 2009, avant de s'inscrire en légère amélioration à partir de 2020.

Le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, s'est félicité, mardi à Rabat, de l'adoption par le Fonds monétaire international (FMI) de la dernière ligne de précaution et de liquidité (LPL) et sur laquelle le Maroc n'a encore effectué aucun tirage.

Quant au volume global des échanges, il a atteint 595,2 millions de dirhams (MDH), réalisé en quasi-totalité sur le marché central actions avec un volume quotidien moyen de 118,8 MDH.

Au volet de l'inflation, le Conseil a noté qu'après s'être établie à 1,9% en 2018, elle a connu une forte décélération au cours des dix premiers mois de 2019, en lien principalement avec le recul des prix des produits alimentaires.

Selon les prévisions de la banque centrale, l'inflation devrait terminer l'année avec une moyenne de 0,3%, mais s'accélérerait à 1,1% en 2020 et à 1,4% en 2021.

3- Pour l'ensemble de l'année 2019, la croissance économique devrait s'établir à 2,6 % après 3 % en 2018.

Bank Al-Maghrib a déclaré s'attendre ainsi à une accélération de la croissance à 3,8% en 2020 et sur sa consolidation à 3,7% en 2021. Les exportations gagneraient en dynamisme, portées notamment par les ventes du secteur automobile, eu égard au plan de production annoncé de l'usine PSA, et les importations connaitraient une accélération, avec l'atténuation prévue de la baisse de la facture énergétique en 2020 puis sa hausse en 2021.

"Au niveau des finances publiques, l'exécution budgétaire à fin novembre s'est soldée par un déficit hors privatisation de 44 milliards de dirhams, en creusement de 2,9 milliards par rapport à la même période de 2018", a indiqué le wali précisant que les dépenses globales ont augmenté de 4,7%, reflétant essentiellement un alourdissement de celles ci au titre des biens et services et de l'investissement. Pour ce qui est des opérations financières, les entrées annuelles d'IDE continueraient d'avoisiner l'équivalent de 3,4% du PIB.

Le crédit bancaire au secteur non financier a continué de s'améliorer, tiré par celui destiné aux entreprises privées.

Dans ces conditions, la progression de l'agrégat M3 devrait se situer à 4,5% en 2019, à 4,4% en 2020 puis à 4,7% en 2021, relève la Banque dans son rapport trimestriel sur la politique monétaire. En parallèle, le déficit budgétaire hors privatisation se situerait à 4,1% du PIB en 2019 contre 3,7% en 2018.

Dernières nouvelles