Le Mode Nuit ne serait pas si favorable à notre sommeil

Le Mode Nuit ne serait pas si favorable à notre sommeil

Le Mode Nuit ne serait pas si favorable à notre sommeil

Les scientifiques de l'université de Manchester assurent même que pour la santé, il vaut mieux diminuer la luminosité que jouer sur les tonalités. Menée par des scientifiques de l'Université de Manchester, la recherche montre que la lumière bleue n'est pas aussi nocive qu'on le pensait. Ils leur ont projeté un éclairage particulier sans changer l'intensité de la luminosité pour autant. Les scientifiques ont mené des expériences sur des souris et découvert que les couleurs bleues produisaient des effets plus faibles sur leur horloge biologiques que les tonalités jaunes et blanches, d'intensités équivalentes.

Il a ensuite ajouté que l'utilisation de lumières plus tamisées et plus froides le soir pouvait avoir un impact positif.

La recherche a déjà fourni des preuves que l'alignement de nos horloges corporelles avec nos horaires sociaux et de travail peut être bon pour notre santé.

Il est convenu que la lumière bleue diffusée par les écrans perturbe notre vision ainsi que notre activité cérébrale, avec pour conséquence des difficultés à s'endormir lorsque l'on utilise son smartphone ou que l'on regarde la télévision de nuit. Le Dr. Tim Brown explique que le bleu serait associé au crépuscule, là où le jaune se rapprocherait plutôt du lever et du coucher du soleil. Et il s'avère que le bleu favorise l'endormissement. Quand nous avons vu notre téléphone ou notre écran d'ordinateur la nuit, nous inhiber la production de mélatonine, un inducteur naturel du sommeil. En conclusion, réduire la luminosité au minimum tout en conservant le jeu de couleurs intact sur le mobile est beaucoup plus avantageux que de le passer en mode Nuit, car la lumière bleue est plus relaxante que le jaune.

Ce que la nouvelle étude révèle, c'est que les niveaux de luminosité sont plus importants que la couleur quand il s'agit de stimuler l'horloge biologique.

Dernières nouvelles