"Côte d’Ivoire : "Guillaume Soro promet " d’organiser la résistance " depuis Paris

"Côte d’Ivoire : "Guillaume Soro promet " d’organiser la résistance " depuis Paris

En s'exprimant ainsi, le chef de de l'Etat fait allusion aux récents développements de l'actualité socio-politique ivoirienne, marquée par le mandat d'arrêt international lancé contre son désormais, ex-filleul, Guillaume Soro, qui à en croire les autorités judiciaires ivoiriennes, serait à l'origine d'un funeste plan de destabilisation visant à mettre mal la stabilité du pays "si chèrement acquise pour la stabilité de ivoiriens ".

L'ancien Premier ministre a aussi annoncé la création de "délégations" chargées de mener "la résistance pacifique et politique" contre le gouvernement de la Côte d'Ivoire.

" Soro fait de nouvelles révélations et s'attaque à Macron", placarde en couverture, Soir Info là où, reprenant les propos de Soro dans le Journal de dimanche, Le Temps rapporte que " Ouattara est le parrain de la rébellion de 2002". Toutefois, il envisage de poursuivre le combat contre le régime actuel depuis l'extérieur, avec le soutien des autres forces de l'opposition ivoirienne: "Je suis et reste candidat à la présidence de la République".

Celui qui a déclaré vouloir déclencher la " résistance politique " contre le président Alassane Ouattara depuis Paris, où il a déposé ses valises, n'a pas cependant été tendre avec le président français.

La porte-parole de Guillaume Soro a énuméré les noms de 12 personnes membres de la "délégation" des GPS pour l'Europe.

Guillaume Soro est accusé par la justice d'avoir fomenté "une insurrection civile et militaire " pour s'emparer du pouvoir, ce qu'il nie.

L'ex-président de l'Assemblée nationale, toujours député, et ex-premier ministre, a finalement renoncé à rentrer en Côte d'Ivoire le 23 décembre, après six mois d'absence à l'étranger. Il se tient debout et ne fléchira pas parce qu'il est le "favori " du peuple Ivoirien, dit-il.

Pour lui, le mandat d'arrêt lancé contre lui pour complot contre l'autorité de l'Etat, recel de deniers publics et blanchiment de capitaux, a été soulevé par le pouvoir pour le "combattre " en tant qu'opposant, d'ailleurs déclaré comme candidat à l'élection présidentielle de 2020.

En attendant le largage de ces bombes à fragmentation, on est tenté de se demander si elles seront dévastatrices pour le camp Ouattara ou si au contraire, elles produiront un effet boomerang contre Soro lui-même, surtout quand on connaît le rôle pour le moins trouble que ce dernier a joué dans la survenue des événements qui ont marqué la Côte d'Ivoire ces 20 dernières années. Selon Guillaume Soro, ces "reliques " ne correspondraient pas à des écoutes téléphoniques et proviendraient d'une conversation datant de 2017, pour une affaire dans laquelle on l'a blanchi, à l'époque où les relations entre le président Alassane Ouattara et lui commençaient à se dégrader. A vrai dire, la messe est dite pour le clan Soro qui ne pourra pas non plus compter sur les autres partis pour se remettre en selle pour 2020 en tout cas, car, quasiment tous ont été dynamités de l'intérieur par la coalition au pouvoir qui fera tout pour remporter la prochaine présidentielle sans coup férir.

Alassane Ouattara a exhorté tous les acteurs de la vie politique ivoirienne à faire preuve de responsabilité, en préservant la paix et le respect des Institutions.

Dernières nouvelles