Polémique sur la Légion d'honneur remise à BlackRock — Réforme des retraites

Polémique sur la Légion d'honneur remise à BlackRock — Réforme des retraites

Polémique sur la Légion d'honneur remise à BlackRock — Réforme des retraites

"A plusieurs reprises, nous nous sommes exprimés pour dire que nous n'avions pas cherché à influencer le gouvernement ni sur la réforme actuelle des retraites, ni sur la loi Pacte", a affirmé Jean-François Cirelli.

L'opposition concentrait jeudi ses attaques sur la nomination au rang d'officier de la Légion d'honneur de Jean-François Cirelli, président du gestionnaire d'actifs BlackRock France, dénonçant un choix du "camp des fonds de capitalisation" dans la bataille sur la réforme des retraites.

Le gestionnaire d'actifs a été accusé de faire valoir auprès de l'exécutif le régime de retraite par capitalisation, ce dont il s'est défendu récemment. Concernant BlackRock, elle a assuré qu'"ils n'ont pas grand chose à y gagner" dans cette réforme des retraites car "c'est une boîte de Smarties, le marché français", "ça ne représente rien par rapport à leur gestion d'actifs". Une distinction qui dérange, notamment au sein des opposants à la réforme des retraites.

BlackRock n'a jamais caché son intérêt pour l'épargne retraite.

Pour le patron du parti socialiste Olivier Faure, qui s'exprimait jeudi matin sur France 2, "c'est tout sauf anecdotique, Blackrock c'est le côté obscur de la réforme des retraites (.)", rejoignant les critiques émises mercredi entre autres par Attac France, le parti communiste ou la France insoumise.

Ses explications auront toutefois du mal à convaincre l'opposition, qui estime que BlackRock deviendrait l'un des principaux bénéficiaires de la réforme sur les retraites.

"Tandis que le patron du PCF Fabien Roussel et la députée LFI Danièle Obono voyaient dans cette nomination une "provocation", le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan a lui accusé le patron de BlackRock d"'enrichir un fonds de pensions américain en profitant de la destruction de notre système de retraites".

Epinglé par l'opposition, Jean-François Cirelli est sur la défensive.

Jean-François Cirelli, ancien dirigeant de GDF-SUEZ, puis d'Engie, et actuel président de la branche française du plus important gestionnaire d'actifs du monde, BlackRock, a été nommé officier de la Légion d'honneur par le Premier ministre dans la promotion du Nouvel An, une nouvelle abondamment commentée sur les réseaux sociaux.

Interrogée par l'AFP sur le profit que pourrait tirer BlackRock de la réforme des retraites, Laure Delahousse, directrice générale adjointe de l'Association française de la gestion financière (AFG), a souligné que l'épargne-retraite était "totalement absente de la réforme des retraites".

Un fonds dont Mediapart révélait le 9 décembre dernier la façon dont il tente de pousser le gouvernement vers la capitalisation au travers de notes au gouvernement, de rencontres privilégiées avec Emmanuel Macron, et d'une participation active à de nombreux travaux gouvernementaux comme sur la réforme de l'épargne ou la réforme de l'action publique.

Fondé en 1988 aux Etats-Unis, BlackRock a indiqué à l'occasion de la publication de ses derniers résultats financiers gérer un portefeuille d'actifs de quelque 7.000 milliards de dollars.

Dernières nouvelles