Les grèves plombent les comptes de la SNCF

Dans une vidéo Jean Pierre Farandou le patron de la SNCF a fait le vœu que la grève s’arrête

Dans une vidéo Jean Pierre Farandou le patron de la SNCF a fait le vœu que la grève s’arrête. LP Olivier Arandel

A la RATP, elles devraient dépasser les 100 millions.

La grève qui atteint son trente troisième jour à la SNCF lui a déjà coûté une somme considérable.

S'ajoutent les compensations qu'elle devra verser aux voyageurs et aux régions qui subventionnent les transports locaux (qu'il est difficile de quantifier à l'avance) et les coûts engendrés par la recherche de transports de substitution.

"Une entreprise et ses salariés ne sortent jamais indemnes de plus d'un mois de grève", s'alarme Jean-Pierre Farandou, dans une lettre adressée au sécrétaire général de la CGT-Cheminots.

. En 2018, dans son rapport financier annuel, l'entreprise détaillait ainsi que les "remises commerciales" et les "prises en charge des voyageurs" avaient coûté 160 millions d'euros pendant le mouvement contre la réforme de la SNCF, au printemps 2018. En 2018, les mouvements sociaux avaient causé le repli 0,1% du chiffre d'affaires de la SNCF, à 33,3 milliards d'euros. "Nous ne connaitrons bien entendu le détail de ce remboursement qu'à la fin de la grève", a indiqué lundi à l'AFP un porte-parole d'Ile-de-France Mobilités. "Et à ce moment-là, ça permettrait d'arrêter la grève et que chaque Français puisse reprendre le travail dans de bonnes conditions", a expliqué le syndicaliste, tout en regrettant que les discussions n'aient pas eu lieu plus tôt. "Tous mes repos étant pointés avec le code "grève", ça fait donc un mois de salaire en moins", témoignait dimanche dans un tweet Cédric Gentil, conducteur de RER très actif sur Twitter depuis le début du mouvement.

La grève à la SNCF, qui provoque de fortes perturbations depuis le 5 décembre avec des pics notamment à l'occasion du départ et le retour des vacances de Noël, a battu le record de la grève du conflit de 1986-1987 qui avait duré 28 jours. Surtout, les salariés essentiels à la circulation des trains sont ce lundi sensiblement plus mobilisés qu'en fin de semaine dernière. Les conducteurs sont 36,5% à suivre la grève (contre 31,2% vendredi). A la RATP, les prévisions de trafic pour mardi 7 janvier restaient pessimistes: dans le métro, seules les deux lignes automatiques, 1 et 14, fonctionneront normalement.

Dernières nouvelles