Les confidences édifiantes de Salah Abdeslam — Attentats de Paris

Les propos surréalistes de Salah Abdeslam: « J'ai pris un Menu Fish au McDo juste après les attentats »

Salah Abdeslam mis sur écoute en prison... On en apprend plus sur les heures qui ont suivi les attentats du 13 novembre

"Pendant son interpellation, Salah Abdeslam aurait perdu une lettre dans laquelle il écrit avoir " fait une bay'ah " (prêté allégeance à Daesh) et s'être engagé à " faire la el harb' [la guerre, NDLR] et la catastrophe ".

Salah Abdeslam a été arrêté à Molenbeek, en Belgique, le 18 mars 2016.

En cellule, il a pour voisins Mehdi Nemmouche, l'auteur de l'attentat du Musée Juif de Bruxelles en mai 2014, et Mohammed Bakkali, soupçonné d'être le logisticien des attentats de Paris.

"Le Parisien" dévoile ce vendredi la teneur d'écoutes réalisées pendant le séjour dans une prison belge du terroriste présumé, seul survivant des commandos des attentats du 13-Novembre.

Ces écoutes ont été déclassifiées en octobre 2019.

Dans la retranscription, Salah Abdeslam décrit sa fuite le 13 novembre vers Châtillon dans les Hauts-de-Seine après avoir déposé trois kamikazes au Stade de France et abandonné sa Clio dans le 18earrondissement de Paris. Le ton est léger, précise Le Parisien, qui retranscrit l'échange suivant: "T'avais déjà jeté la truc?". ", l'interroge Bakkali. "Oui évidemment, t'es ouf ou quoi?". En fait, j'ai demandé un renseignement à un type. Il m'a regardé de la tête aux pieds: il regardait ma veste. "On dirait que je faisais 90 kg, mon frère. C'était trop voyant, je savais que je devais m'en débarrasser", raconte-t-il à Bakkali, selon le quotidien de la capitale. Et Mohamed Bakkali de lui répondre en riant: "T'es un tueur, hein!". Alors que les complices de Salah Abdeslam sont en train de perpétrer leur massacre au Bataclan, le jeune djihadiste sympathise avec des jeunes dans l'immeuble dans lequel il s'est réfugié. J'ai parlé avec eux parce qu'en fait, ils avaient un appareil et, tu vois, il y avait les actualités. Ça me permettait d'être à jour. "Eux, ils parlaient de ce qui se passait; moi, je leur parlais des filles, de l'école, des métiers", raconte-t-il. Au petit matin, deux complices l'ont exfiltré.

Elle me dit: " Vous trouvez normal qu'il y ait des barrages comme ça? "J'étais à l'arrière." Salah Abdeslam dit aussi que, devant le déploiement des forces de l'ordre, il a pensé: "C'est la fin".

"Alors qu'en France, cette histoire a fait le tour des réseaux sociaux et des sites de presse, du côté des médias audiovisuels belges, ont se dit plutôt perplexes". Les écoutes révèlent que c'est Mehdi Nemmouche qui lui conseille de garder le silence. Ce manuscrit n'a jamais été retrouvé par les enquêteurs.

Dernières nouvelles