"Pièces Jaunes": opération lancée par Brigitte Macron et Didier Deschamps

Brigitte Macron était interviewée en direct lors du journal de TF1

Brigitte Macron était interviewée en direct lors du journal de TF1. LUDOVIC MARIN AFP

Et pour sa première campagne à la tête de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France (FHPF), inaugurée au Centre hospitalier régional d'Orléans (CHR) avec Didier Deschamps, Brigitte Macron est indirectement ciblée, à travers la diffusion d'un texte évoquant les prétendus excès de la Première dame qui la précédait à ce poste, Bernadette Chirac. "Ce n'est pas évident". Mais les dons ont diminué ces dernières années, à environ 1,5 million par an, avec le recul de l'utilisation de l'argent liquide et le retrait de Bernadette Chirac. "Moi, ce que je veux, c'est leur donner de la visibilité (.) On a un des meilleurs systèmes de santé au monde, on tient à tout prix à le préserver".

Ces visites interviendront en pleine mobilisation des personnels hospitaliers pour réclamer davantage de moyens. "Quelquefois, on en fait tous par accident".

Brigitte Macron, qui est actuellement la première dame de France, a souhaité rester humble sur le plateau de Jean-Pierre Pernaut. "Il en a extrêmement conscience", a-t-elle assuré en précisant qu'ils sont véritablement tous à la tâche sur ce sujet. On veut préserver notre hôpital. "Notre hôpital, les Français l'aiment, on a un des meilleurs systèmes au monde", s'est-elle félicité.

La première Dame est attendue à l'hôpital d'Orléans pour donner le coup d'envoi de la 31e collecte des Pièces Jaunes.

D'ici la mi-février, l'épouse du président se rendra dans des hôpitaux à Paris et Metz et accompagnera plus de 300 jeunes malades venus de toute la France à Eurodisney le 29 janvier. "Dès que l'on arrive dans le domaine de la violence, je suis très déconcertée, parce que fondamentalement, la violence, ce n'est pas le monde que l'on veut pour nos enfants. Personne n'est à l'aise dans ce climat de violence". Interrogée sur les conditions de travail des soignants, Brigitte Macron leur a témoigné son soutien: "s'ils sont dans un tel désarroi, c'est par ambition pour leur hôpital. Il écoute et il travaille tout le temps".

Dernières nouvelles