Poutine et Erdogan scellent leur alliance grâce à un gazoduc

Poutine arrive mercredi en Turquie

Poutine et Erdogan scellent leur alliance grâce à un gazoduc

Tunisie-Tribune (rapprochement entre la Russie et la Turquie) - Les deux dirigeants ouvriront symboliquement à Istanbul les vannes du gazoduc Turkish Stream, aussi appelé TurkStream, destiné à alimenter la Turquie et le sud de l'Europe en gaz russe via la mer Noire, contournant ainsi l'Ukraine, instable et hostile à Moscou.

L'entrée en service de ce gazoduc, aussi appelé "TurkStream", illustre le rapprochement spectaculaire entre les deux pays, dont les relations avaient connu une grave crise en 2015. Même si Moscou dément, Ankara affirme que 2 500 mercenaires russes combattent aux côtés de Haftar, qui est également soutenu par les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite et l'Égypte. Les deux chefs d'État exhortent en outre les différentes parties à " s'asseoir immédiatement à la table des négociations dans l'objectif de mettre un terme aux souffrances du peuple libyen", selon la même source.

L'autre dossier brûlant est la Syrie, où MM. Erdogan et Poutine ont appelé " tous les belligérants en Libye à cesser les hostilités à 00H00 le 12 janvier ".

Mais les deux pays ont surmonté cette crise en 2016 et coopèrent désormais dans le domaine de l'énergie, avec la construction par la Russie de la première centrale nucléaire en Turquie, ainsi que dans le secteur de l'armement, avec l'achat par Ankara de systèmes de défense russes S-400. Mais ainsi que l'a souligné Recep Tayyip Erdogan: "Avec la Russie, nous n'avons pas laissé nos récentes divergences de points de vue prendre le dessus sur nos intérêts communs". La Turquie a annoncé dimanche qu'elle avait commencé à envoyer des militaires en Libye pour soutenir le GNA, au moment où les forces de Haftar avancent sur le terrain et se trouvent aux portes de Tripoli, la capitale.

Avec ce nouveau gazoduc, la Turquie sécurise l'alimentation de ses grandes villes énergivores de l'ouest et s'impose un peu plus comme un carrefour énergétique majeur.

Lors d'une cérémonie en grande pompe à Istanbul, Erdogan a qualifié l'ouverture de ce gazoduc, qui pourra acheminer chaque année 31,5 milliards de mètres cubes de gaz, d'"événement historique pour les relations turco-russes et la carte énergétique régionale". Le gazoduc est formé de deux conduites parallèles longues de quelque 930 km qui relient Anapa en Russie à Kiyiköy en Turquie (nord-ouest).

Des responsables de ces trois pays sont d'ailleurs attendus à l'inauguration mercredi, selon les médias turcs.

Dernières nouvelles