452.000 manifestants pour la 4ème mobilisation contre la réforme des retraites — France

Edouard Philippe a préparé depuis Matignon cette énième semaine marathon qui débutera par le conseil des ministres de rentrée ce lundi

France / Réforme des retraites : la fin des régimes spéciaux confirmée par Édouard Philippe

Et comme les fois précédentes, alors que la grève dans les transports entre jeudi dans son 36e jour, tous les regards seront braqués sur le niveau de mobilisation lors des nombreuses manifestations attendues.

Selon de nouveaux chiffres en fin de journée, 44.000 manifestants ont défilé à Paris selon le cabinet Occurrence, 56.000 selon le ministère de l'Intérieur, et 370.000 selon la CGT.

La CGT et d'autres syndicats comme FO rassemblés en intersyndicale réclament le retrait du projet de réforme, avant toute discussion.

La réforme prévoit en outre d'instaurer un "âge pivot", 64 ans, pour inciter financièrement les Français à travailler au-delà de l'âge légal de départ à la retraite (62 ans aujourd'hui).

"C'est une mesure aveugle qui n'a pas lieu d'être dans le projet de loi", a redit vendredi son dirigeant Laurent Berger, notant toutefois "une volonté d'ouverture" de la part du Premier ministre.

Le Premier ministre Édouard Philippe a proposé samedi de retirer provisoirement l'âge pivot à 64 ans du projet de loi sur la réforme des retraites.

Selon l'entourage du chef de l'Etat, Emmanuel Macron a été "en lien constant" avec Edouard Philippe depuis que celui-ci a longuement reçu les partenaires sociaux vendredi. Si on savait que le versement de ce minimum de pension fixé à 85 % du smic serait conditionné à l'obtention d'une "carrière complète", jusqu'ici le gouvernement n'avait pas donné plus de détails.

La CGT estime dans un communiqué samedi que " le gouvernement vient de confirmer aux organisations syndicales le maintien de son projet de loi en l'état " et se déclare "plus que jamais déterminée à obtenir le retrait du texte". Le même jour, l'intersyndicale opposée à la réforme organisera une cinquième journée de mobilisation. La grève a atteint une durée inégalée en France, dépassant le précédent record de 28 jours consécutifs, en 1986-87. Le mouvement social, qui n'a pas marqué de trêve à l'occasion des fêtes de Noël et des vacances de fin d'année, se poursuit en dépit de la reprise mardi des discussions entre le gouvernement et les partenaires sociaux en vue de parvenir à un "compromis rapide" susceptible de mettre fin à la crise. A Paris, la circulation des métros sera toujours " très perturbée " avec certaines lignes qui ne seront que partiellement ouvertes, notamment aux heures de pointes du matin et du soir, selon la direction de la RATP.

La presse nationale n'est pas parue, la Tour Eiffel était fermée et les antennes de Radio France ont été très perturbées.

"Le gouvernement continue de penser que l'âge pivot est une mesure juste et efficace", a répondu le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin.

On apprenait enfin cette nuit que deux projets de loi, l'un organique, l'autre ordinaire, seraient présentés en Conseil des ministres le 24 janvier. Ce calendrier devrait permettre une adoption en première lecture début mars, avant un passage au Sénat. L'exécutif tente donc d'amadouer la CFDT, favorable au principe d'un système "universel" par points unifiant les 42 régimes actuels, mais braquée sur l'âge pivot à 64 ans.

Le gouvernement a dévoilé deux projets de loi de réforme des retraites alors que les manifestants étaient à nouveau nombreux dans les rues jeudi et qu'une réunion est prévue vendredi à Matignon.

Des centaines de milliers de personnes ont battu le pavé partout en France jeudi pour la quatrième journée de manifestations interprofessionnelles contre la réforme des retraites, après plus d'un mois de conflit entre syndicats et exécutif.

Dernières nouvelles