Un enfant tue sa prof avant de s'ôter la vie

Capture d’écran

Capture d’écran- Twitter

A en croire les médias locaux, un élève de 11 ans a abattu son enseignante de 50 ans avant de blesser cinq autres de ses camarades. Intitulé Natural Selection, ce jeu est sorti en 2002 et semble avoir eu un gros impact sur la vie du jeune garçon, qui en arborait le t-shirt. "Il portait un T-Shirt qui le mentionnait", a fait valoir le gouverneur. "Voyant qu'il ne revenait pas au bout de 15 minutes, sa professeure a été le chercher", a expliqué le gouverneur lors d'une conférence de presse.

Dans la fusillade qui a suivi, il a blessé cinq autres élèves de l'établissement et un professeur d'éducation physique. Lorsque l'enseignante s'est rendue dans la salle des toilettes, elle découvre que le jeune homme a changé de vêtements et tient un pistolet à la main.

Au moins deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessés dans une fusillade qui a éclaté vendredi 10 janvier, vers 09h00 heure locale, au collège Cervantes de la ville mexicaine de Torreon, a annoncé le journal local El Siglo de Torreon.

D'après toujours le maire de Torreon, Jorge Zermeno, le garçon habitait avec sa grand-mère. Interrogé à ce sujet, le gouverneur de la région, Miguel Angel Riquelme, a toutefois laissé entendre qu'un jeu vidéo pourrait être derrière les idées du jeune homme. "Il est quasiment certain qu'il souffrait de problèmes (psychologiques), même s'il avait de très bonnes notes", a ajouté le maire. Ayant du mal à mettre des mots sur les événements survenus, le gouverneur régional affirme être consterné par la violence des faits, ajoutant toutefois qu'une véritable lutte allait se mettre en place afin d'éviter que ce genre d'événements ne devienne une norme. "Nous regrettons beaucoup ce qui s'est passé". En 2014, un élève de 15 ans a tué par balle un camarade de classe dans le centre de l'Etat de Mexico et en 2017 un autre élève du même âge en a blessé quatre autres dans un lycée de Monterey, dans le nord du pays.

L'enquête devra établir si les armes appartenaient au grand-père du garçon.

Dernières nouvelles