Incendies en Australie : la pluie vient enfin soulager les pompiers

Des arbres brûlés à Mallacoota en Australie

Des arbres brûlés à Mallacoota en Australie. REUTERS Tracey Nearmy

Jeudi 16 janvier matin, d'importantes pluies ont, enfin, commencé à tomber dans le sud-est du pays. Avant les premières gouttes, on dénombrait encore une trentaine de feux échappant à tout contrôle dans cet Etat dont Sydney est la capitale.

Ces incendies, les plus graves qu'ait connu l'Australie, pourtant habituée à ces crises saisonnières, ont fait 28 morts, détruit plus de 2 000 habitations et réduit en cendres quelque 100 000 kilomètres carrés, davantage que la superficie du Portugal. " Nous sommes ravis et soulagés d'avoir un peu d'humidité dans l'air parce que ça améliore un peu la situation, a déclaré Virginia Connor, près de la ville de Nowra. Mais il en faut plus, beaucoup plus".

Dans l'État limitrophe de Victoria, ce sont cette fois des orages qui ont éclaté dès mercredi soir, dissipant peu à peu le nuage de fumées toxiques dégagées par les flammes, lequel avait notamment perturbé le début de l'Open d'Australie de tennis à Melbourne.

La pluie, enfin... En Australie, jamais elle n'aura été aussi attendue et appréciée.

"Les orages ont amélioré la qualité de l'air dans la majeure partie de l'État ", a ainsi annoncé l'Agence pour la protection de l'environnement de l'État de Victoria.

Les services de météo prévoient d'autres précipitations vendredi et ce week-end. Si elles se confirment, il s'agirait de la période de temps pluvieux la plus longue depuis le début de la saison des incendies en septembre.

Le bureau de la météorologie a également déclaré ce qui suit: " La nature aléatoire des orages signifie qu'il est difficile de prévoir exactement où les pluies seront les plus fortes.

"Les températures élevées font que le risque élevé de feux de forêt demeurera jusqu'au début de l'automne".

L'Australie connaît chaque année des incendies.

Forêts et zones agricoles étaient déjà particulièrement sèches du fait d'une sécheresse prolongée, ce qui a créé les conditions parfaites pour la propagation des flammes.

Les scientifiques prédisent de longue date qu'en raison du réchauffement climatique, la récurrence de ces événements météorologiques extrêmes ne fera qu'augmenter.

Dernières nouvelles