Maëlle meurt à cause d'un tampon: les "cups" ne sont pas mieux

Maëlle 17 ans

Maëlle 17 ans.- D.R

Le médecin de garde, cinqheures après, a diagnostiqué une gastro.

L'adolescente, habitante de Somzée (Belgique), est rentrée chez elle le lundi 6 janvier 2020 après sa séance de sport en se sentant patraque. "Elle a commencé à faire de la température vers [22/23h], puis des vomissements et de la diarrhée". Le lendemain, l'état de Maëlle s'est aggravé avec des troubles de la vue et une tension faible. Vers 7 heures, Maëlle est transférée en soins intensifs. "Elle est alors envoyée aux soins intensifs d'un autre établissement". En témoignant, elle espère sensibiliser les femmes aux dangers du choc toxique. Malheureusement, il s'agit d'une erreur de diagnostic. À l'origine de sa mort, la prolifération de bactéries, des staphylocoques dorés présents dans son tampon hygiénique, rapporte la RTBF. La jeune fille a perdu la vie ce jeudi dernier, des suites d'un choc toxique provoqué par un tampon hygiénique. Maëlle s'était montrée très inquiète par cette maladie. Sa mère se rappelle "quand le diagnostic est tombé, elle savait". "Là, elle fut rapidement diagnostiquée pour choc toxique dû aux tampons et non gastro et elle a été prise en charge de façon efficace". C'est pour cela que Laurence souhaite désormais alerter contre cette maladie pour éviter d'autres drames. "Informez, pour que le décès de Maëlle puisse en empêcher d'autres". Le diagnostic médical ne nous pousse pas à nous alarmer outre mesure.

Lors de son entretien avec La Nouvelle Gazette, elle a assuré ne pas condamner le personnel du premier hôpital.

"Je suis persuadée qu'il faut informer le plus possible de femmes au sujet de ce syndrome, martèle Laurence auprès de nos confrères".

Dernières nouvelles