Etats-Unis: L'accord nord-américain a été ratifié - Monde

Republican Senate Majority Leader Mitch Mc Connell will call the shots at President Donald Trump's impeachment trial

L'accord de libre-échange nord-américain a été approuvé aux Etats-Unis

La ratification définitive par le Congrès s'est faite après la signature d'un autre traité commercial, cette fois avec la Chine.

Le vote du texte, adopté par la Chambre des représentants le 19 décembre dernier (), a été retardé au Sénat par les querelles entre républicains et démocrates autour du procès en destitution de Donald Trump.

L'ACEUM est une version modernisée du traité de libre-échange nord-américain (ALÉNA), longtemps décrié par l'hôte de la Maison-Blanche. Mais l'USMCA devrait voir peu de résistance au Canada, car les conservateurs ont déclaré qu'ils appuieraient l'accord négocié plus tôt par le gouvernement à dominante libérale du premier ministre Justin Trudeau. Dès son arrivée au pouvoir en 2016, Donald Trump n'avait pas hésité à critiquer l'ALENA en le qualifiant de "pire accord commercial de l'histoire " des États-Unis.

Il le rendait responsable de la destruction de nombreux emplois américains du secteur automobile en raison de délocalisations massives au Mexique, où la main-d'œuvre est moins chère.

Ottawa et Mexico avaient, eux, admis que cet accord, vieux d'un quart de siècle, conclu avant l'ère d'internet et des problématiques environnementales, avait besoin d'une cure de jouvence.

À l'issue d'un marathon de tractations, l'ACEUM avait été signé par les trois pays concernés, dans sa version initiale, fin novembre 2018.

L'ALENA a certes détruit des emplois aux États-Unis, mais il a aussi créé une vaste zone de commerce sans droits de douane, facilitant les échanges de biens, services et personnes.

Les milieux d'affaires des trois pays ont d'ailleurs maintes fois exhorté les décideurs à valider rapidement cet accord, crucial sur le plan économique.

Le déficit commercial des États-Unis avec le Mexique était de 80,7 milliards de dollars en 2018, contre un excédent de 1,7 milliard de dollars en 1993, en partie grâce au déplacement des entreprises américaines au sud de la frontière.

L'entourage de Donald Trump avait, lui, estimé que cela couronnait la politique commerciale du président qui a opté pour la stratégie de pression maximale, à coups de tarifs douaniers punitifs, pour obtenir des accords.

Mercredi, Mnuchin a déclaré à Fox News qu'un accord commercial intérimaire avec la Chine et le passage de l'USMCA stimuleraient la croissance du produit intérieur brut américain de 50 à 75 points de base.

Dernières nouvelles