Coronavirus chinois : Le bilan passe à 17 morts dans le pays

Nouveau virus en Chine le bilan grimpe à 6 décès premier cas enregistré à Taïwan

Tout savoir sur le nouveau virus 2019-nCOV qui inquiète le monde

Le bilan du nouveau coronavirus s'est encore alourdi mercredi en Chine, où les autorités ont fait état de neuf morts et averti que le virus pourrait "muter" et se propager plus facilement.

Le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé mercredi ne pas vouloir décider dans l'immédiat si le nouveau virus chinois qui s'est étendu à plusieurs pays constituait une urgence internationale, prolongeant d'un jour les discussions du comité d'urgence.

La secrétaire macanaise aux Affaires sociales et à la Culture, Ao Ieong Iu, a indiqué que les employés de tous les casinos devraient porter des masques, tandis que toutes les personnes entrant dans la ville en provenance de Chine continentale auraient un questionnaire médical à remplir.

Le réseau de la santé est déjà sur le qui-vive, et les ressources pour gérer ce type de situation ont été sensiblement accrues depuis l'épidémie de cas de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2002-2003, dit la spécialiste. Un premier cas a été découvert à Seattle (États-Unis) ce mercredi.

Les experts n'étant pas parvenus à se mettre d'accord sur la question, l'OMS devait poursuivre la réunion jeudi à partir de 15 h 00.

Les contrôles de température corporelle se sont généralisés dans plusieurs aéroports d'Asie, du pourtour du Pacifique ainsi qu'au Royaume-Uni, au Nigeria et en Italie.

En Chine, une mystérieuse pneumonie s'étend progressivement dans toutes les provinces du pays et touche désormais de nouveaux pays en Asie: Japon, Thaïlande et Corée du Sud.

Le président Xi Jinping a donné le signal de la mobilisation lundi en appelant à enrayer "résolument" l'épidémie, qui jusque-là ne faisait pas les grands titres des journaux.

L'OMS n'a jusqu'ici utilisé le terme d'urgence internationale que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

Le virus repéré en décembre à Wuhan l'a été dans un marché de gros de fruits de mer et de poissons. On ignore encore son origine exacte, mais sa période d'incubation serait d'environ 14 jours. Des ventes illégales d'animaux sauvages avaient lieu dans ce marché, a déclaré le directeur du Centre national de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, sans pouvoir dire avec certitude si du gibier était à l'origine de l'épidémie. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l'homme (comme un rhume) mais aussi d'autres plus graves comme le Sras. L'organisation internationale avait à l'époque vivement critiqué Pékin pour avoir tardé à donner l'alerte et tenté de dissimuler l'ampleur de l'épidémie.

Dernières nouvelles