Découverte: Une cellule pourrait soigner tous les cancers

Cette cellule de notre sang pourrait nous aider à soigner tous les cancers

Sur la piste d'un traitement universel pour guérir le cancer

Type de globules blancs impliqués dans le fonctionnement de notre système immunitaire, les lymphocytes T, ou cellules T, sont activés au contact de cellules défectueuses ou étrangères, et nous aident à combattre les infections et les maladies.

Des chercheurs de l'Université de Cardiff ont découvert une "cellule T" trouvée dans le sang humain qui reconnaît et tue de nombreux types de cancer tout en ignorant les cellules saines.

Les résultats, publiés dans Nature Immunology, n'ont pas été testés sur des patients, mais les chercheurs se disent convaincus de "l'énorme potentiel" de cette découverte.

Les experts ont déclaré que bien que les travaux n'en soient qu'à leurs débuts, ils étaient très prometteurs et plein d'espoir. "Auparavant, personne ne pensait que cela pouvait être possible". Les scientifiques ont découvert un type de cellules capable d'attaquer tous les types de cancer.

Les cellules T possèdent des "récepteurs" à leur surface qui leur permettent de "voir" au niveau chimique.

Le plus important est qu'il n'a pas touché aux tissus normaux.

Ce récepteur particulier des lymphocytes T interagit avec une molécule appelée MR1, qui se trouve à la surface de chaque cellule du corps humain.

Des chercheurs estiment que les cellules cancéreuses se servent de la MR1 pour empêcher le système immunitaire de les reconnaître.

Les thérapies contre le cancer à base de cellules T existent déjà et le développement de l'immunothérapie du cancer a été l'une des avancées les plus passionnantes dans ce domaine. Cependant, il ne cible qu'un nombre limité de cancers et n'a pas réussi pour les tumeurs solides, qui constituent la majorité des cancers.

Comment cela fonctionnerait-il en pratique?

Ils ont également pu démontrer que les cellules T de patients atteints de mélanome modifiés pour exprimer ce nouveau TCR pouvaient détruire non seulement les propres cellules cancéreuses du patient, mais également les cellules cancéreuses d'autres patients en laboratoire, quel que soit le type HLA du patient. C'est le même procédé qui est utilisé pour fabriquer les thérapies CAR-T.

Toutefois, la recherche n'a été testée que sur des animaux et sur des cellules en laboratoire, et il faudrait procéder à des contrôles de sécurité supplémentaires avant de pouvoir commencer les essais sur l'Homme.

Lucia Mori et Gennaro De Libero, de l'Université de Bâle en Suisse, ont déclaré que la recherche avait "un grand potentiel" mais qu'il était trop tôt pour dire qu'elle fonctionnerait pour tous les cancers. Appelée CAR-T, la thérapie la plus couramment utilisée à l'heure actuelle pour traiter le cancer va consister à détourner et augmenter cette fonction naturelle des cellules T afin qu'elles ciblent en priorité les cellules tumorales.

Daniel Davis, professeur d'immunologie à l'Université de Manchester a, quant à lui, rappelé qu'il s'agit d'une recherche " très fondamentale " mais qui n'est pas encore au point en matière de traitement.

Dernières nouvelles