La Chine confine des villes, mais pas d'alerte internationale — Épidémie

Carte montrant les cas confirmés du nouveau coronavirus en Chine

Carte montrant les cas confirmés du nouveau coronavirus

Le nombre de contaminations au nouveau virus chinois a été revu à la hausse, à 571 cas, ont annoncé les autorités sanitaires jeudi matin.

À Hong Kong, les autorités ont transformé deux camps de vacances en zones de quarantaine destinées aux personnes ayant été en contact avec des porteurs du nouveau coronavirus.

En raison de l'épidémie de coronavirus qui sévit en Chine, les festivités du Nouvel an lunaire ont été annulées à Pékin et la ville de Wuhan a été confinée.

Cette dernière a organisé un comité d'urgence pour étudier si le coronavirus est une "urgence de santé publique de portée internationale".

L'OMS n'a jusqu'ici utilisé le terme d'urgence internationale que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

Le virus de la famille du Sras a gagné plusieurs pays d'Asie et même les États-Unis, où quelques cas ont été recensés.

A Davos, où se tient le Forum économique mondial (WEF), la Coalition pour les innovations en préparation aux épidémies (CEPI) a annoncé jeudi que les essais cliniques concernant un premier vaccin pourraient avoir lieu "dès l'été". Mais le résultat définif des tests médicaux ne sera connu que jeudi. Le ministre saoudien de la Santé a, quant à lui, démenti les propos du ministre des Affaires extérieures indien, qui avait indiqué sur Twitter qu'une infirmière indienne avait été contaminée dans un hôpital du sud de l'Arabie saoudite.

Cette décision est prise afin "d'enrayer efficacement la propagation du virus", a-t-il expliqué, alors que la Chine s'apprête à entrer vendredi 24 janvier dans son long congé du Nouvel An, qui occasionne chaque année des centaines de millions de voyages.

Les contrôles de température corporelle se sont généralisés dans plusieurs aéroports d'Asie, du pourtour du Pacifique ainsi qu'au Royaume-Uni, au Nigeria et en Italie.

Lors d'une conférence de presse à Pékin, le vice-ministre de la Commission nationale de la santé, Li Bin, a souligné que le virus, qui se transmet par les voies respiratoires, "pourrait muter et se propager plus facilement". Et, pour l'instant, "il n'y a aucune preuve de transmission interhumaine en dehors de la Chine", a assuré le chef de l'OMS. Toutes les personnes décédées ont succombé à Wuhan ou dans sa région.

Les bourses asiatiques ont connu une nouvelle séance difficile ce jeudi: l'indice Hang Seng de Hong Kong a reculé de 1,52% et l'indice CSI 300, qui regroupe les plus grosses capitalisations boursières de Shanghai et Shenzhen, a perdu 3,10%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 a lâché 0,71%. J. G. Le port du masque est obligatoire sous peine d'amende.

Dernières nouvelles