Deux cas confirmés du coronavirus en France

Pour autant, les autorités françaises se refusent à mettre en place des contrôles systématiques dans les aéroports, jugeant plus efficace pour endiguer la propagation de ce cousin du Sras, d'identifier toutes les personnes croisées par les malades. Une commune de 6 millions d'habitants riveraine du Yangtsé, Jingzhou, a imposé une interdiction de quitter la ville en train, en bateau ou en autocar. La quasi totalité des victimes ont succombé à Wuhan ou dans sa province. "Face à la situation grave d'une épidémie qui s'accélère (...) il est nécessaire de renforcer la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti", a-t-il affirmé.

1 300 cas de contamination, dont 41 mortels, ont été recensés. Les trois patients, dont deux au moins reviennent de Chine, ont été placés à l'isolement.

Un homme d'une trentaine d'années ayant séjourné dans la région de Wuhan a été hospitalisé non loin de Seattle (côte ouest), où il était retourné le 15 janvier, ont annoncé le 21 janvier les autorités. Le ministère français des Affaires étrangères, qui disait vendredi "envisager" une évacuation, est en train de contacter les Français qui restent piégés dans la métropole, en quarantaine depuis jeudi.

Deux Chinois, un homme arrivé le 13 janvier en provenance de Wuhan et son fils habitant à Ho Chi Minh-Ville, dans le sud du Vietnam, qu'il a ensuite contaminé, ont été hospitalisés, respectivement les 17 et 18 janvier, sur le territoire vietnamien après avoir été testés positifs au coronavirus, ont annoncé le 23 janvier les autorités.

"Le consulat général, en collaboration avec les autorités locales, prévoit d'organiser un service de bus afin de permettre aux ressortissants français (.) et à leurs conjoints et enfants chinois de se rendre à Changsha depuis Wuhan", dit un courrier que le quotidien chinois a pu consulter. Ce virus de la famille des coronavirus provoque des symptômes grippaux chez les personnes infectées, pouvant aller jusqu'à des syndromes respiratoires sévères. L'une d'entre elles s'est révélée positive au virus. Autocars et bateaux sur le Yangtsé, le plus long fleuve de Chine qui arrose Wuhan, ont reçu l'ordre de s'arrêter dans les deux sens. La Commission nationale de la santé chinoise a confirmé, lundi 20 janvier, que le virus se transmettait entre humains.

Et la maladie se répand vite et à travers le monde entier. Ce virus proviendrait d'un animal vendu sur le marché de Wuhan, probablement " un oiseau ou un mammifère " selon les déclarations de scientifiques dans la revue Nature.

1 287 cas ont été répertoriés depuis que l'épidémie s'est déclarée à Wuhan, dans le centre de la Chine.

"Il faut traiter une épidémie comme on traite un incendie, très vite repérer la source" et le "circonscrire le plus vite possible" a-t-elle encore déclaré.Le premier patient, âgé de 48 ans, est revenu le 22 janvier en France après "quelques jours" en Chine où il est notamment "passé par Wuhan", et a été hospitalisé jeudi à Bordeaux, a précisé Mme Buzyn.

Dernières nouvelles